Un coin de montagne en ville : le massif de Carpiagne

(OH NON TU NE LE PAS)Check my doubles !Tristar™db-Hôtel™ ****OVER 9000 !! ! ! 1 (Evaluez cet article !)

[3ème article de la journée. Vous êtes gâtés hein ? Normal car j’ai pris pas mal de retard dans la publication de mes images. Vous voilà comblés. Noël avant l’heure en somme.]

Ce Lundi 12 Décembre, ce fut l’occasion de faire enfin la Muraille de Chine. Je dois dire que cette randonnée m’aura surpris, dévoilant des paysages que je pensais pas trouver ici.

Tout d’abord, deux vues faites sur le Prado. Ciel bien bleu et Soleil hivernal sont le cocktail idéal pour photographier les bâtiments, dont celui de droite, qui abrite le cinéma Le Prado, et qui est dans la pure veine Art Nouveau.

Alors, décollons pour Luminy via le bus 21. Enfin, pas tout à fait à Luminy vu qu’il faut descendre au rond point qui en fait son entrée. Je ne suis pas seule, car accompagnée d’un ami, Olivier, passionné de marche, de paysages et de météo, comme moi.

Vue sur le Mont Puget (encore lui, hé oui !). A droite, les roches nues côtoient la végétation rase.

Ce paysage est assez typique toutefois. Cela dit, il faut signaler que ces collines ont connu l’incendie du 22 Juillet 2009, qui ravagea 1200 hectares.

La lumière à l’approche de l’hiver met en valeur les reliefs. La Muraille de Chine se présente face à nous.

C’est un paysage assez tourmenté qui nous attends. Remarquez l’inclinaison des strates et les nombreux décrochages rocheux. Au fond, le vallon de Vaufrèges. A droite, il est 16h00, et le Soleil est déjà bas, taquinant le massif de Marseilleveyre.

Les roches proéminentes contrastent fortement sur le fond du ciel. Le paysage prend ici des allures montagnardes.

La visibilité absolument parfaite de ce jour là, Mistral oblige, nous permet de voir une mer Méditerranée à la ligne d’horizon tranchée au scalpel.

Le Mont Puget, sous un profil étonnant. Il nous livre ici toute sa longueur, orientée Est-Ouest, tel un gigantesque navire voguant vers l’Occident. La Sainte Baume, dans une autre mesure, présente le même profil.

Et le retour s’effectuera dans le vallon de la Panouse. L’impression d’être dans le fond d’une vallée alpine des Hautes-Alpes était forte.

2 réponses sur “Un coin de montagne en ville : le massif de Carpiagne”

  1. Merci pour ce voyage au coeur des collines; Chaque année je fais découvrir ce joyau à mes petits élèves, nous montons sur la colline Val des bois qui donne lieu à un magnifique panorama. c’est bon de prendre de la hauteur ! Comme je ne suis pas originaire de Marseille, je me suis interrogée sur l’histoire de cette muraille et de ces tours qui dominent la panouse. Que savez-vous?
    Merci ,

  2. Merci pour votre commentaire fort sympathique !

    Alors honnêtement, je n’ai pas la moindre idée quant à l’origine de ces bouts de muraille et ces tours. Je suppose qu’il s’agit de vestiges médiévaux ou d’époque un peu plus récente. Il y a sans doute matière à fouiller pour se renseigner sur l’origine de ces vestiges.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.