Le long de la Dordogne, jusqu’à Beynac

Ce jour-ci était véritablement le seul que j’avais entièrement pour moi (hé oui, quand on est en vacances pour Noël, on est paradoxalement occupée). J’en ai donc profité pour rendre visite à plusieurs endroits qui me sont chers, et que je n’ai plus vu depuis des années. Tout d’abord je suis passée par Lanquais et Varennes, où j’ai suivi le tout début de ma scolarité, à la maternelle et en CP. Plusieurs coups de nostalgie, le sentiment étrange que tout ceci est passé bien vite. La vision de la cour de récréation de l’école de Lanquais aura été assez intense. J’ai rendu également visite à la maison où j’habitais avec mes parents, entre 1988 et 1992. Je ne montre pas de photos car celles-ci n’intéressent que moi. Tout ceci était il y a plus de vingt ans…

Je reprend la route en direction de Beynac et de son château, que je n’ai plus vu depuis presque dix ans. Passage via Limeuil.

Panoramas avant d’y parvenir, avec des champs bien verts malgré l’hiver.

Le Cingle de Limeuil, où la Dordogne forme un virage très serré dans la vallée.

Depuis Limeuil, vue sur une série de deux ponts qui enjambent le confluent de la Vézère et de la Dordogne (respectivement à gauche et à droite).  Je prendrais la direction de la vallée de cette dernière. Arrivée à Beynac-et-Caznac. On peut voir sur le sommet de la colline un bout du château, avec notamment la chapelle.

Et je m’introduis dans les ruelles étroites et pentues de la cité. Les rayons déclinant du jour provoquent une lumière magnifique sur les murs en pierre.

L’entrée dans le premier niveau du château, pour se retrouver aux pieds des imposantes murailles de l’édifice féodal.

L’entrée pour le second niveau. Nous allons véritablement dans la forteresse. Je n’irais pas au troisième niveau car le guichet était déjà fermé.

La vue sur la vallée est imprenable. Normal après tout pour un château-fort qui se devait de l’être également. L’une des cours intérieures, qui permet d’accéder à la chapelle. Notez la qualité du motif pour les charnière forgées de la porte à droite.

Je sors et choisis de placer le château de Beynac entre moi et le coucher du Soleil.

Vue sur la vallée en direction du château de Castelnaud, bâti par les anglais au XIIème siècle, pour tenir tête aux Francs qui occupaient la rive Nord de la Dordogne, à Beynac notamment.

Les brumes prennent du relief avec le couchant. J’ai trouvé cette croix tout contre un bois situé derrière le cimetière du village. Un très bel objet.

Et le Soleil se couche sur une colline. Fin de la journée. Je rentrerais alors que le crépuscule s’estompera.

Laisser un commentaire