Contemplations orageuses depuis le Pain de Sucre

(OH NON TU NE LE PAS)Check my doubles !Tristar™db-Hôtel™ ****OVER 9000 !! ! ! 1 (3 vote(s), moyenne de 4,33 sur 5)

Entre le Mont Puget et la Montagne Carpiagne, réside toute une série de reliefs, dont le plus important s’appelle « Le Pain de Sucre ». Il culmine à 417 mètres, soit plus que Marseilleveyre, sommet ô combien connu des Phocéens. A chaque fois qu’il m’arrivait de passer par le Col Ricard, je voyais ce petit sommet, à portée de main, avec l’envie d’y aller.

Voici une carte pour bien s’y retrouver. J’ai mis en hautlumière le fameux relief.

Voir sur Geoportail

Je vous offrir du rêve d’abord, en prenant le métro puis le bus. Pourtant je suis parti détendu hein.

Je vous avez dit que je vous offrais du rêve, de l’évasion sur ce blog. Je m’égare.

Pendant ce temps sur les hauteurs de Luminy

Je croise une collègue, qui elle aussi se balade sur la roche, tandis que d’autres travaillent sur un bouquet de carotte sauvage. Tentez de repérer la fourmi qui s’est incrustée dans la photo.

La Calanque de Sugiton est prise par des brumes maritimes. Intéressant certes, mais j’ai autre chose en tête : de la convection se met en place depuis plus d’une semaine déjà, sur les départements voisins. Des orages s’y forment avec une stupéfiante régularité, sans jamais perdre en vigueur. Une situation typiquement estivale.

Variations florales sur fond cumuliforme. Il faut dire que les collines sont de nouveau bien vertes, depuis les pluies tombées il y a une semaine et demi. Un vrai régal pour les yeux.

Après avoir longé le chemin, au pied des falaises du Mont Puget, je parviens au Pain de Sucre. Pendant ce temps, les bourgeonnements ont évolué. A droite, le sommet, à 417 mètres, marqué par un cairn.

Commencement d’enclume et son étalement. Quelques mammatus discernables sur la face inférieure.

L’étalement suis son cours, tandis qu’en dessous de la première enclume, de nouveaux bourgeonnements apparaissent. La machine se met en marche. La crête de l’Estret, située sur le Mont Puget, quant à elle subit les assauts de quelques brumes maritimes.

Le système orageux arrive rapidement à maturité.

Panorama plus dégagé sur le Vallon de la Gineste.

Un autre panorama, sur le Mont Puget et une partie de la mer, où des brumes sont toujours là.

Vers la fin de l’après-midi, le système orageux aura pris énormément de volume, comptabilisant plusieurs enclumes imbriquées l’une dans l’autre. De temps en temps, l’on pouvait entendre le bruit du tonnerre, dans un grondement sourd, presque inaudible.

Je ne compterai pas rester pour ce qu’il reste de journée. Je repartirai, en empruntant le Vallon Ricard, dont la topologie adopte celle d’une vallée alpine, modèle réduit. Une vue sur ce relief situé au Nord du Puget, qui fait très « Colorado ».

 

3 réponses sur “Contemplations orageuses depuis le Pain de Sucre”

  1. Un beau reportage, précis (carte IGN 1:25000 à l’appui), de superbes Cb et un pain de sucre .. qui ne ressemble pas à un pain de sucre. Dis-donc, il est bien dégradé le métro :s

  2. Un an et 10 jours après, j’ai eu le bonheur de faire le même chemin que toi pas plus tard que cette après-midi de début juin, au hasard de mes envies de balades dans le Parc National des Calanques. Une montée le long du Mont Puget depuis le col de Sugiton, puis le contour du massif par l’Ouest, et une arrivée au col Ricard, le tout sous un doux soleil de début d’été. Hélas, il n’y avait ni brumes ni développements orageux dans l’intérieur aujourd’hui, mais une végétation en pleine forme après ce printemps humide, des couleurs et senteurs partout. Enfin, une descente par le fameux vallon Ricard au coucher du soleil, agrémentée d’une multitude de chants d’oiseaux. Merci Damia pour ces héritages photographiques de nos belles montagnes marseillaises, en souhaitant que tu trouves goût à y retourner rapidement 🙂

  3. Coucou Olive,

    Et merci de passer sur mon blog, ça fait vraiment plaisir 🙂

    Une belle balade, je comprends tout à fait, ça a du être formidable. En plus ça devait encore plus luxuriant que l’an dernier, étant donné la conséquence des précipitations.

    J’espère y retourner aussi vite que possible 🙂

Répondre à mircl Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.