Tous les articles par Damia Bouic

Concernant mon père

Avertissement : cet article ne se situant pas dans la ligne éditoriale de ce blog, son autrice vous prie de s’en excuser par avance. Merci

Cet article n’est pas une lettre ouverte. Mais plutôt une plaidoirie à charge. Devant le silence assourdissant de la personne qui me sert de père, et devant son obstination à ne pas reconnaître les faits, et que non, je ne lave pas mon linge sale en famille, je vais dévoiler les actes scandaleux de ce personnage sur la place publique.

Tout d’abord, quelques éléments chronologique histoire de situer le contexte.

Avant de connaître ma mère en 1984, Alain -c’est son prénom, désolée mais je ne vais rien masquer, pas même son identité, c’est à lui d’assumer, pas à moi (note : nous partageons le même nom de famille)-, il avait une autre femme, avec laquelle il a eu une relation qui a duré trois ans environ. Iels se sont marié-es, ont eut une fille (ma demi-sœur donc), avant de lâchement abandonner son ex-femme suite à la honte d’avoir caché le fait qu’il n’avait plus de travail (mais lui continuait de le lui faire croire, mascarade qui a duré des mois). La procédure de divorce a été rapidement expédiée vu les circonstances graves. Il n’a pas voulu se présenter au tribunal et a fait exprès d’arriver en retard au jugement. Il fut condamné à verser une pension alimentaire à sa fille et à s’occuper d’elle. Cela n’a pas pu durer et il a fuit de nouveau devant ses responsabilités. Cela vous permet de comprendre un peu mieux le personnage, c’est important pour la suite.

Donc, Marmande, 1984. Mes parents se rencontrent dans un restaurant. Ma mère tombe assez vite sous le charme, puis sous l’emprise de ce beau jeune brun, beau parleur, qui lui promet monts et merveilles. Rapidement, ma mère en a marre du logements qu’iels occupaient à Marmande et dégote un travail ainsi qu’un logement à Alain … dans la ville de Bergerac. A cette époque là, ma mère est déjà enceinte de moi. Il se montre déjà très possessif durant cette période à l’encontre de ma mère. Jaloux et voulant absolument tout contrôler d’elle. Elle n’a pas de travail et est donc mère au foyer (du moins après ma naissance le 11 Mai 1985).

Deux ans plus tard, encore sous la pression de ma mère et de son initiative, on déménage de Bergerac pour nous installer dans la petite commune de Varennes, toujours en Dordogne. C’est durant nos 4 années de présence là-bas que mon petit frère naît (en Novembre 1989). C’est à cette époque là que mes souvenirs deviennent plus clairs («Quand on a 4 ans, on ne se souvient pas.» Arthur, Kaamelott, Livre V). Et le portrait que je tire d’Alain est déjà clair : il me terrorisait. Il criait souvent, et n’hésitait à recourir aux violences physiques. Avec ma mère il n’était guère plus tendre, et celle-ci ne pouvait pas tellement intervenir. Je crois que c’est sous ce règne de terreur que j’ai lié une confiance envers elle.
Après Varennes, Creysse. 12 Juillet 1992. C’est encore à ma mère que nous devons notre nouveau logement, c’est elle qui a fait toutes les démarches. C’est elle qui sauve -une fois de plus- les meubles. Mais Alain ne se montre pas plus reconnaissant que ça. Il continue à vouloir la contrôler, et à saboter toutes ses initiatives d’être un peu plus indépendante financièrement. Que ce soit ces formations ou ses stages.

Et je vais sauter littéralement 23 années. 23 années durant lesquels le comportement d’Alain reste peu ou prou le même : terreur, peur, contrôle, et emprise psychologique. Je sortirais pour ma part de tout cela en 2005, lors du commencement de mes études. Mon frère me suivra quelques années plus tard, laissant donc ma mère seule avec lui. Durant quelques temps j’ai cru constater un mieux dans leur relation. Écran de fumée… Que j’étais naïve. Nous l’avions tous-t-es été.

En 2015 toutefois, ma mère se révolte enfin. Elle ouvre les yeux sur certaines choses et met en application un plan qui lui trottait dans la tête depuis quelques temps : le quitter et vivre sa vie. Elle se trouve donc un appartement à Bergerac, et déménage. Mais c’était sans compter sur le fait qu’Alain possède plus d’un tour dans son sac. Il use de chantage affectif, promet qu’il va changer… Ma mère se laisse avoir par ces belles paroles et revient vivre avec lui, et annule la procédure de divorce en cours. Elle en profite pour me proposer son appartement à Bergerac, raison pour laquelle je quitte Dijon, avec mon compagnon.

Retrouvailles avec mes parents. La première rencontre, à Creysse, se déroule plutôt bien, mais non sans incident (il fera une mauvaise réflexion à mon compagnon). On se reverra deux autres fois par la suite, et je comprends très vite que non, Alain n’a pas changé. C’est toujours le même personnage. Ma mère déchante assez rapidement également. Et commence à regretter amèrement sa décision de s’être remise avec lui…

Deux ans s’écoulent. Et ma mère me fait part de sa décision d’en finir avec lui, de le quitter. Définitivement cette fois-ci. Elle me propose que elle, mon compagnon et moi trouvions un nouveau logement, plus spacieux, et vivions ensemble. C’est fin Juillet 2017 que les choses s’accélèrent. Je trouve un bel appartement dans une maison dans un quartier calme. Celui-ci semble plaire à ma mère, et nous le visitons. Et dans la foulée, signons le contrat de bail. Nous laissant un mois pour nous organiser. Surprise quand mi-Août ma mère me fait part du fait qu’elle a quitté Alain et désire avancer son installation avec nous. Je l’accueille dans notre ancien logement.

Et c’est à partir de là que les choses vont se gâter. Car voyez vous, Alain ne veut pas l’entendre de cette oreille. C’est pour lui inacceptable. Et il mettra tout en œuvre pour mettre des bâtons dans les roues à ma mère. Mon frère n’est pas resté de côté. Un an avant, il est venu lui aussi s’installer à Bergerac. Et s’est épuisé à raisonner Alain, sans succès. Il a pourtant fait tout son possible, même de se mettre en colère. Cela ne fonctionnant pas il a décidé d’arrêter les frais.
Vers la fin du mois d’Août nous tentions de calmer le jeu et de poser nos conditions. Histoire de trouver une trêve. Un traité de paix en somme. Nous sortirons de ces négociations assez ravi-e-s. Tout en restant un peu sur nos gardes.

En cette fin d’Août, tout est en place. Le déménagement est planifié, la location du camion aussi, les papiers du logement en ordre. Jusqu’à ce qu’une nouvelle nous tombe sur le coin du crâne : ma mère consultait son solde à la banque. Elle est à découvert de pratiquement 500€ ! 500 balles. Nous ne comprenons pas d’où cela vient. Toutes ses charges fixes ont été payées, elle a pu encore récemment faire des achats. Quelque chose cloche. Je lui propose d’examiner les détails de ses dépenses sur son compte en ligne. Et nous constatons deux irrégularités : deux retraits effectués au bureau de Mouleydier, pour une somme de 446€ et de 40€. Comment de telles sommes ont-elles pu être retirées dans un guichet ? Simple : 5 ans plus tôt, ma mère avait accordé à Alain une dérogation sur son compte courant. Lui permettant d’effectuer des retraits en liquide (car semble-t-il il était en galère financière. Soit.).

Voici l’extrait de compte qui prouve mes dires :

C’est le coup de massue. Et légalement rien que nous ne puissions faire pour le contraindre à rendre cet argent. Alors nous contactons par téléphone le voleur. Il nie en bloc. Cette méthode s’appelle du gaslighting, nier les faits et mutiler la vérité. Typique des comportements toxiques (j’espère que vous aviez compris jusque là que Alain était manipulateur, et toxique). Ma mère prends toutefois l’initiative de lever la procuration. Et modifier son mot de passe sur Internet concernant son compte en banque. Cela limitera les dégâts.

Début Septembre c’est le temps du déménagement, cela ne nous laisse pas trop de temps pour mettre la pression à Alain afin qu’il rende l’argent. Les charges financières de ce mois de Septembre sont très lourdes. Et achève le peu d’argent restant à ma mère. Mon frère parvient à faire reconnaître à Alain que c’est bien lui pour les 446€ (mais pas les 40€ bizarrement). Soit-disant pour le loyer du foyer conjugal, alors que celui-ci est déjà payé, par ma mère. Ce qu’il a fait avec cet argent on n’en sait rien. On sait qu’il a remis 150€ de la somme totale (486€) sur le compte en banque de ma mère, mais c’est tout. Il lui reste donc 336€ à rendre.

A l’heure où j’écris l’article, la situation est au point mort. Ma mère va reprendre la procédure de divorce. Au passage, j’ai oublié de noter que nous avions voulu aller à Creysse récupérer ses meubles, sans succès, car l’artiste a … changé la serrure. Et c’est pas bon pour lui. Vraiment pas bon, car il se met en position d’illégalité en empêchant sa femme d’accéder au domicile conjugal.

Cet article je le met en ligne car je sais que Alain refuse d’admettre la vérité. Car il refuse également d’entendre raison. Et l’uns des seuls moyens pour le faire plier c’est d’afficher publiquement et nommément ses actes. L’époque où on lavait notre ligne sale en famille est révolue… A charge de revanche.

Cassini Grand Finale – Celebration Mosaic

Le 15 Septembre 2017, la sonde Cassini nous disait adieu en plongeant dans l’atmosphère de Saturne, après une mission de 13 ans. La sonde a donc consommé ses dernières réserves d’ergols pour une ultime manœuvre la conduisant dans l’atmosphère de la géante aux anneaux. Cette mission fut incroyable, couronnée de succès et offrant un nouveau regard sur Saturne et son système.
Il m’est déjà arrivée de traiter les images des caméras de la sonde, mais pas autant qu’avec Curiosity&Co. J’ai pris la décision de rendre hommage à toute la mission en composant la toute dernière mosaïque jamais faite par la sonde. Un travail délicat, qui n’est pas parfait certes.

Merci à Cassini et à toute son équipe !

On 15th September, 2017, Cassini said goodbye with a dive into the atmosphere of Saturn, after a 13 years mission/ The spacecraft consumed her last drops of carburant for an ultimate maneuver conduct her in the atmosphere of the ringed giant. This mission was incredible, way beyond expectations, and offered us a new look on Saturn and its system.
Time to time I processed some of the pictures sent by the spacecraft, but not as much as with CuriosityCo. I took the decision to pay my tribute to the whole mission by composing the very last mosaic ever taken by the spacecraft. A delicate task, not so perfect yet.

Cassini and her team : THANK YOU !

Orage du 14-15 Août 2017

En cette fin de soirée du 14 Août, qui fut une journée marquée par un pic de chaleur correct pour la saison (34.6°C de tx relevé à Bergerac-Roumanières, moi je dis que c’est correc’). Donc bref, la porte du salon qui donne sur le balcon était grande ouverte, histoire de faire circuler un peu de fraîcheur, tandis qu’Arté diffusait Sa Majesté Des Mouches, film qui souleva chez moi un intérêt inattendu. Sauf que.

Sauf que voilà, j’entendais un bruit de fond ressemblant à du tonnerre. Assez incrédule je me dis que c’est sans doute quelques camion ou autre qui circule. D’autant qu’il n’y avait pas de flashs dans le ciel, donc bon. Sans parler de la modélisation Arôme qui était littéralement à pleurer et ne montrait rien de spécial.
«Allons voir le radar pluie quand même histoire de.» me dis-je intérieurement, avec cet emploi de la 1ère personne du pluriel signifiant que- Rien en fait. On s’en moque, non ? Donc le radar. Et voilà le machin qu’il y a l’écran :

Et merde. Et merdemerdemerde. Qu’est-ce que ça fout là ça ? Je suis même pas préparée pour sortir là. Et c’est très électrique d’après la carte indiquant l’activité foudre.
Alors : remise de la carte SD dans le boitier, contrôle de la batterie : c’est à fond. Je choppe le trépied. Et en route. Bon, pas très loin quand même, sur un palier contre un bâtiment de la résidence, avec un point de vue pas trop moche donnant sur l’Ouest, en gros.

L’activité électrique est très « panoramique ». Ça va un peu dans tous les sens, et nombreuses sont les décharges en nappe. De ce point de vue je ne peux saisir que ce cliché, avant d’être forcée de rentrer et devoir photographier depuis le balcon (ce qui est loin d’être un inconfort).

Oui il y a un grosse goutte de flotte sur la photo. Zut ! Toutefois, observation très intéressante sur ce cliché, qui montre une décharge en nappe de grande ampleur, qui illumine toute la face inférieure de l’orage, qui présente par ailleurs une base élevée et peu consistante. Il ne m’en faut pas plus pour déduire que c’est un orage en fin de vie, et qu’il n’en n’a sans doute plus pour longtemps avant de s’évaporer. Mais tant que le potentiel électrique est là, il continuera à produire de longues décharges ramifiées. Ce qui s’avérera être le cas.

Continuer la lecture

Orages du 31 Juillet – 1er Août 2017

On va bien finir par le garnir cet été 2017 ! Parce que oui, force est d’admettre que -excepté le 18- ce mois de Juillet fut assez décevant en terme d’activité orageuse, même si ça et là il y eu quelques crépitements intéressants, notamment en matinée du 29 Juillet, avec des orages de moyenne couche.

Bref, Juillet devait se terminer par une nuit orageuse, au vu des modélisations qui annonçaient la formation de cellules sur le département, celles-ci devant s’évacuer rapidement en direction du Nord-Est et y devenir plus virulente. C’est donc sans surprise que au moment du coucher de Soleil nous (oui, nous : mon compagnon et moi) assistions à l’éclosion de cellules orageuse de moyenne couche. A ce moment là nous étions sur la rive droite de la Dordogne, parfait endroit pour observer cette évolution.

Et puis sur le radar cela forme des grappes de cellules qui évoluent assez rapidement. A Bergerac il ne tombera que quelques gouttes.

Puis je tente de faire quelques clichés de l’activité électrique, sans vraiment beaucoup d’espoirs car je n’ai ni mon trépied, ni l’obscurité suffisante. Toutefois je parviens à saisir un bout d’arc électrique, sur fond de long rideau de pluie.

Et.

C’est tout.

On rentrera à notre appartement, les orages s’étant évacués vers des contrées plus septentrionales, il ne reste plus qu’à aller se coucher (tardivement pour nous, d’ordinaire à 1h00 du matin).

 

Continuer la lecture

Orages du 18 Juillet 2017

Alors !

Donc voilà, après deux flops, fallait espérer que la règle «Jamais deux sans trois» puisse être invalidée. Et ce fut chose faite la nuit dernière, avec une belle activité orageuse mettant un terme à plusieurs semaines sans saveurs mais non sans chaleur.

C’est depuis le pays basque espagnol que la délivrance kéraunique proviendra, avant de remonter tranquillement tout le long de l’Aquitaine, franchissant d’abord les Pyrénées, puis Biarritz, le bassin d’Arcachon avant de se perdre en région girondine et périgourdine.

Voici un peu la tronche du machin peu avant que je me mette en selle :

Orage de chaleur assez caractérisé, la base des courants ascendants (non visible ici) est large et par conséquent il ne faut pas se laisser leurrer par le radar pluie qui montre des précipitations lointaines alors que le ciel en Dordogne commençait à se charger.

On a attendu un peu avant d’y aller toutefois.

A ce moment là, je suis sur le Vieux Pont de Bergerac, et j’assiste à un spectacle que je rêvais de voir se produire depuis cet endroit précis : un arcus en début de soirée !

Cet arcus n’est pas menaçant véritablement (il manque pas mal de « dents » ou « crochets » vers le bas, signes de rafales destructrices), mais il a une belle bouille, et une partie de sa structure est détachée de la base des courants ascendants.

Autre vue, un peu plus large sur la structure.

L’arcus passera rapidement au dessus de nos tête, avec de belles bourrasques de vent, soulevant la poussière … et nous arrosant de l’eau du jet placé sur la Dordogne (visible au centre de l’image ci-dessus).

Continuer la lecture

Survols de Jupiter par Juno

Depuis un an déjà que la sonde Juno est en orbite autour de Jupiter et multiplie les prises de vues. Dernièrement elle vient de célébrer son septième survol rapproché de la géante gazeuse, avec notamment un passage pile au dessus de la Grande Tache Rouge, célèbre tempête qui règne dans son atmosphère depuis des siècles.

Since one year yet that Juno spacecraft is in orbit around Jupiter and multiplied photo-shots. Lastly, she had celebrate her seventh flyby of the gas giant, with a fly exactly the Great Red Spot, famous storm which reign in the atmosphere since centuries.

Les images de la sonde Juno sont incroyablement complexes à traiter, car prise sous la forme de bandes contenant les trois couches RVB, avec un léger décalage à chaque fois, correspondant à plusieurs rotation de la sonde sur elle-même. J’ai renoncé à en faire le traitement, qui est lourd, et nécessite des connaissances que je n’ai pas. Toutefois, sur Terre, il existe un dénommé Gerald Eichstädt, qui a trouvé un moyen de faire l’assemblage de toutes ces bandes RVB, en tenant compte des effets de décalages, de distorsions et de parallaxe sur Jupiter. Résultat : des images nettes, qui sont un excellent matériel de base pour pouvoir jouer avec.

Juno’s pictures are incredibly tricky to process, because of the RGB bands, with some shifts between them, corresponding to the spacecraft rotation. I renounced for now to make the processing of it, it’s heavy and it needs knowledge that I don’t have. But, on Earth, there is this one guy named Gerald Eichstädt, woh found a way to process these RGB bands, by correcting distorsions, parallax shifting. The result is clear pictures, that are an excellent basis to play with. 

Voici un exemple de ce que j’ai pu faire à partir du travail de Gerald. Dans cette image j’ai voulu restituer la sensation visuelle qu’aurait Jupiter si on était en train d’accompagner Juno dans sa descente vers son périgée de l’orbite n°6 (ou « périjove 6, aka PJ6) aux alentours de la mi-mai 2017.

Here is an example of what I could do with Gerald work. In this picture I wanted to restitute the visual feeling of Jupiter if we were traveling along with Juno during her descent to her perijove orbit point #6, around May 2017.

Et une version moins éblouissante toutefois, où les détails sont plus clairement visibles.
And a less blushing version, were the details are more visible.

Continuer la lecture

Heading Vera Rubbin Ridge – A Sol 1739 Postcard

Curiosity avance doucement mais surement en direction de la prochaine étape de sa mission : la crête Vera Rubin, intéressante pour son hématite (un minéral qui se forme notamment en présence d’eau). La vue se dégage de plus en plus sur le cratère Gale car le rover prends de la hauteur.

Curiosity is driving slowly but surely toward the next leg of her mission : Vera Rubin Ridge, interesting for its hematite (a mineral found to be made in places containing water). The view is getting to be better an better on Gale crater, because the rover is climbing, actually.

Orage du 8 Juin 2017

Cela faisait depuis trois jours environ que je scrutais les modèles pour comprendre dans quelles conditions nous allions passer d’une journée à 30°C à une journée à 24°C. En effet, il était prévu qu’entre la journée du Jeudi 8 et du Vendredi 9 nous connaissions dans le Sud-Ouest un bref épisode de chaleur suivi d’une fraîcheur remarquable. Généralement, un tel rafraîchissement ne va pas sans quelques étincelles.

A J-1 le modèle Arôme précise sa vue et montre bel et bien la formation d’un système orageux sur les Pyrénées-Atlantique et sur l’océan, qui remonterai en direction de la région bordelaise, tout en gagnant en puissance. Associé à un coup de galerne (coup de vent brutal que connaît régulièrement le littoral atlantique pouvant être très dévastateur), les rafales allaient se montrer assez importantes.

Voici la modélisation à H-12 :

Et puis, le temps-réel succède à la modélisation. Avec un calage parfait par rapport à ce qui était prévu numériquement (je rappelle que ce sont des modélisation brutes de décoffrage, tout droit sortie des supercalculateurs de Météo-France). Des cellules commencent à s’organiser au large des Landes. Notez les températures relevées sur Météo-Alerte. Il fait chaud. Le maximum a été de pratiquement 35°C ce jour-là.

Les cellules débarquent sur le littoral atlantique puis passent sur le Bassin d’Arcachon, occasionnant des rafales de 93 km/h environ à Biscarosse. On voit que le système s’organise progressivement en ligne. Bergerac sera concernée par la partie extrême-est du système.

Continuer la lecture