Tous les articles par Damia Bouic

Curiosity – Trois ans sur Mars

Début Août 2012, se posait le rover Curiosity dans le cratère Gale. Trois ans plus tard, après plusieurs kilomètres, le rover est toujours actif et explore à présent les pieds du Mont Sharp.
A cette occasion, un auto-portrait inédit fut enregistré, au Sol 1065, avec la caméra MaHLI, consistant un panorama complet du site, avec un forage, visible au centre de l’image.

In August 2012, landed Curiosity rover in Gale crater. Three years later, after many kilometers, the rover is still active and is now exploring Mount Sharp foothills.
It was the occasion to make a never-made-before self portrait on Sol 1065, with MaHLI camera, consisting in a full panoramic, with a drill hole, visible at the center of the image.

Sol1065_MaHLI_web_medium

Pleine résolution / Full res here (13.5 Mo)

Et pour finir, deux cartes postales tirées de ce panorama :

Sol_1065_MaHLI_postcard1_web
Le rover Curiosity
Sol_1065_MaHLI_postcard2_web
Les étendues du cratère Gale. Au fond, les montagnes qui bordent le cratère.

Mars par Rosetta – Images OSIRIS de 2007

L’Agence Spatiale Européenne, ESA, se décide ENFIN à mettre en accès libre les images brutes de la caméra OSIRIS de la sonde Rosetta. En quoi cette caméra est-elle importante ? Celle-ci enregistre des images en niveaux de gris de 2048 px de côté (soit en 2K), est équipée d’une roue à filtre colorée permettant l’acquisition d’images en couleur, et également un pouvoir grossissant bien plus élevé que la NAVCAM.
Cette flopée d’images nouvelles de la caméra OSIRIS remonte chronologiquement au moment du lancement, et durant tout son voyage interplanétaire. Rosetta survola la planète Mars et pris de très beaux clichés le le 24 Février 2007. Jamais mise en lignes, les images brutes sont désormais prêtes pour être manipulées par les amateurs-trices comme moi. Chose que je me suis empressée de faire dans la journée.

Je publie ici deux images. Une image individuelle (constituée de 3 images RVB) et une mosaïque de 4 images, qui fut assez difficile à mettre en œuvre étant donné les décalages inhérents à la rotation de Mars et le déplacement de la sonde.

The European Space Agency, ESA, has FINALLY decided to release in free access the raw images from the OSIRIS camera onboard Rosetta spacecraft. What is the matter with this camera ? It can be able to record 2048 sized images (2K), comes with color filter wheel so we can compose color images, and it’s also have a zooming capacity much powerful than the NAVCAM.
This bunch of new images coming from OSIRIS is covering a period from the launch to comet arrival. In 2007, the 24th February, Rosetta flew by, or swing by more precisly (to benefit a gravitational assistance), and took some beautiful shots of Mars. Never put online, the raw images are now ready to be manipulate by amateurs imagers, like me. Thing I quickly did this day.

I publish two images. One individual frame (composed of 3 RGB images) and 4 frames mosaic, which was very difficult to stitch because shifts between images due to Mars rotation and spacecraft displacement.

N20070224T182817017ID20F84_RVB
On constate que Mars est une planète active météorologiquement parlant. Des nuages polaires coiffent le pole Nord, des brumes le soir, et des nuages visibles sur le limbe / We can see that Mars have an active weather. Clouds on north pole, clouds at dawn, other clouds on the limb.
Mars_24022007_Rosetta_OSIRIS_swingbymosaic_web
La région de Syrtis Major est clairement visible ici. Des nuages s’étirent en stries sur le pôle Sud. / Syrtis Major is clearly visible here. Some clouds are striping over southern countries.

Juillet 2015 à Dijon – Bilan climatologique

Sacré mois de Juillet à Dijon. J’ai envie de dire, sur tout le territoire étant donné la canicule de grande envergure qui s’est produit ce mois-ci.

Mais penchons-nous sur le cas de la ville de Dijon parce que… Parce que j’y vis surtout, depuis bientôt 3 ans, voilà pourquoi.

Jetons un œil à ce graphique d’abord, résumé des données météo renvoyées par la station de Dijon-Longvic, et accessibles ici, grâce à Infoclimat.

graphique_infoclimat.fr-2

 

Les colonnes en rouge montrent les précipitations. A droite, l’échelle. Le jour où il a plu le plus c’était le 28 Juillet, avec tout juste 2 mm ! Ce qui est faible, très faible. Les autres jours ne parviennent même pas à franchir ces 2 mm symboliques. Bilan pluviométrique de ce mois de Juillet 2015 : 6.2 mm. L’an dernier, il était tombé environ 100 mm pour le même mois. Mais le plus marquant n’est pas là. Le plus marquant est que ce mois de Juillet 2015 restera dans les annales car étant le mois le plus sec depuis 25 ans ! Mois très sec qui succède à d’autres mois déficitaires : Juin avec 37,7 mm (-40%) et Mai avec 45,8 mm (-47%). Comparons avec une ville plus habituée à un pluviomètre moins rempli : Marseille. A Marseille, jusqu’au 31 Juillet 2015, il est tombé en tout et pour tout 294,4 mm. A Dijon, sur la même période : 276,8 mm.
Une sécheresse inhabituelle pour la région.

Et cela n’est pas sans conséquences… Plusieurs incendies se sont produits autour de la ville, notamment sur le plateau de Chenôve; les 20 et 21 Juillet.

IMG_0679

Et le lendemain, reprise.

IMG_0742

Quelques précipitations et un rafraîchissement ont pu éloigner la menace de nouveaux départs de feux, mais cela montre bien l’atypicité de la situation climatologique en Bourgogne pour ce mois de Juillet.

Revenons à notre graphique plus haut. Cette fois-ci les températures. Celles-ci sont restées très élevées en raison d’une forte canicule. Record mensuel de 37,7°C le Mardi 7 Juillet. Le record historique est de 38,1°C, en Juillet 1983. C’est le 3ème mois de Juillet le plus chaud depuis que la station existe. En toute fin de mois, les températures sont retombées, jusqu’à atteindre 6,9°C le 30 Juillet ! Notez que la température minimale absolue est de 5,2°C le 1er Juillet 1972. Un mois de Juillet 2015 donc avec de grandes amplitudes thermiques.

Je termine par l’ensoleillement. Cf. diagramme ci-dessous. De très larges périodes d’ensoleillement à cette station. 316 h et 53 min au total de Soleil ce mois-ci ! A Marseille (décidément !) pour ce même mois de Juillet, il y a eut 282 h et 50 min. Ce qui est inhabituel. graphique_infoclimat.fr-3

 

Donc pour résumer : un mois de Juillet 2015 à Dijon très chaud et surtout extrêmement sec, le plus sec de ces 25 dernières années, et qui aura vu des feux de forêt, phénomène que l’on voit plus couramment se produire en Provence. Un peu de fraicheur et d’humidité les quelques derniers jours mais ce n’est pas cela que nous retiendrons.

J’essaierai de produire un bilan climatologique mensuel chaque 1er du mois environ.

Pluton et Charon par New Horizons – Add-On Celestia

S’il y a bien un seul corps orbitant autour du Soleil qui, dans Celestia, recevait une texture totalement aléatoire, c’est bien Pluton, et son compagnon, Charon. Effectivement, comment cartographier des astres qui jusqu’alors n’étaient que des points lumineux dont les disques étaient à peine possible à résoudre ?

Désormais cela est terminé. New Horizons a changé la donne en fournissant des images précises des deux corps. Rendant possible la création de cartes, pouvant à leur tour servir de texture dans Celestia. Etant donné que ce logiciel apporte une certaine souplesse en matière d’ajout/modification de données, j’ai décidé de créer un Addon montrant le système Pluton-Charon actualisé.

If there is only one body orbiting around the Sun which doesn’t, in Celestia, was receiving a totally random texture, it’s yet Pluto and its compaignon, Charon. Actually, how mapping bodies that were just dots in the sky, surface barely solved ?

Now it’s over. New Horizons has changed the game in bringing us detailed images of these two bodies. Giving us the possibility to create maps, and so, textures for Celestia. This software is easy to modify with adding/modify datas, so I decided to make an Addon showing the Pluto-Charon system, updated to now.

Ça se passe ici (instructions d’installation à l’intérieur du dossier compressé). 16.7 Mo. Et plus bas quelques captures d’écran.
It’s here, just bellow (install instruction inside the compressed folder). 16.7 Mo. And lower, a few screenshots.

AddonIcone

 

CrescentPluto
Une fine pellicule atmosphérique autour de Pluto / A thin atmospheric layer around Pluto
PlutoCloseLook_TombaughRegio
Survol de Tombaugh Regio / Flyover Tombaugh Regio
PlutoCharon
Pluton & Charon

Première mosaïque plutonienne – New Horizons

Alors voilà. New Horizons est désormais située à des millions de kilomètres derrière l’orbite du couple Pluton-Charon. Les images sont arrivées au compte goutte, mais celle-ci arrivent. Il y a même pas une heure, deux images furent disponible sur la page des images raw de la sonde, me permettant enfin de créer ma toute première mosaïque de la surface de Pluton.

« Mosaïque de la surface de Pluton ». Dingue hein ? Rendez-vous compte. Il y a encore très peu de temps, la surface de ce monde était Terra Incognita. Et désormais, nous avons des vues très détaillées de sa surface. On a basculé dans une ère où les 9 principaux corps du système solaire sont connus. Une ère post-pluton. Bienvenue !

And so, here we are. New Horizons is located millions kilometers behind the orbit of Pluto-Charon duo. Pictures have been downlinked very slowly, but they are coming. A few hours, two images were available on the page of raw images of the probe, permitting me to create my first mosaic ever of Pluto surface.

« Mosaic of Pluto surface ». Crazy uh ? Just be aware. A few time ago, the surface of Pluto was Terra Incognita. And now, we have very detailled views of its surface. We have switched to an era where the 9 principle solar system bodies are known. A post-pluto era. Welcome !

lor_0299175097_0x632_sci_3-lor_0299175145_0x632_sci_7_web

Je garde au dessus la toute première mosaïque, pour l’aspect symbolique. Ci dessous, la mosaïque qui sera de plus en plus grande à mesure que les images arriveront.

I am keeping the all first mosaic above, for a symbolic reason. Below, the mosaic which will grow bigger and bigger with images arrival.

lor_0299175097_0x632_sci_3-lor_0299175145_0x632_sci_7_web2

Et puis nouvelle mosaïque, consistant en 4 images LORRI, montrant Pluton avec une résolution excellente !
And a new mosaic, consisting in 4 LORRI frames, showing Pluto with a very good resolution !

lor_0299148119_0x632_sci_3-lor_0299148263_0x632_sci_3_web

Dijon – Feu d’artifices du 14 Juillet 2015

Cela devient un peu comme une tradition annuelle sur mon blog : les photos du feu d’artifices local. Et cette année, comme l’an passé, c’est à Dijon. N’ayant pu me rendre sur les falaises qui dominent le lac Kir, j’ai du me contenter d’un bout de terre tout contre le lac. L’inconvénient était que j’étais trop proche, et que cela ne permettait pas de bonnes prises photo. Toutefois, j’ai pu m’en sortir suffisamment, et le 10-20 m’a encore une fois sauvée !

C’était un joli feu, avec une musique spécialement composée pour.

IMG_0530

IMG_0534

IMG_0538

IMG_0547

IMG_0581

IMG_0582

IMG_0585

IMG_0586

De Nouveaux Horizons

NewHorizonFlybye_flyer

Un ciel d’ébène, piqueté de milliards d’étoiles. La Voie Lactée, trainée poudreuse, insolante dans ce ciel si sombre. Ce sol encore inconnu, qu’un Soleil à la lueur à peine plus forte que notre Pleine Lune parvient à éclairer. Difficile de bien se repérer. Et là-haut, sombre comme une marque de pastel gris sur fond noir, Charon, qui forme une silhouette fantomatique, quelque part dans cette proche banlieue du système solaire. Pourtant, quelque chose de nouveau va se produire…

Quelque part entre 11h et 15h, temps d’une autre planète, un objet incongru va venir griffer délicatement le ciel d’une faible lueur. Propulsé à la vitesse démesurée de 52 000 km/h, cet objet, une sonde provenant de cette autre planète, nommée Terre, toujours quelque part blottie près de ce Soleil si pâle, va traverser le ciel. C’est un évènement qui ne s’était encore jamais produit. La visite d’un objet artificiel tout droit depuis l’intérieur du système solaire. Depuis le sol de Pluton, rien de bien spectaculaire en vérité. Juste un petit point faiblard traversant silencieusement le ciel, prenant un peu d’éclat à mesure que celui s’éloignera angulairement du Soleil. Mais depuis cet objet, une sonde, nommée New Horizons, le spectacle sera tout autre. De son point de vue, imaginez le système plutonnien se dresser. La planète Pluton d’abord, qui gagne en luminosité. Ses contours, plus nets, plus précis. Sa surface, de plus en plus définie. Et la vue sur Charon qui se dégage. Et, comme émergeant des ténèbres, les autres lunes : Styx, Nix, Kerberos, Hydra. Aux portes du système solaire, alors qu’on aborde la ceinture de Kuiper, tout un monde se dressera face à New Horizons. Nul doute que chaque lune de ce système sera unique.
Puis, portée par sa vitesse prodigieuse, New Horizons basculera derrière Pluton, Charon et les autres, en ayant pris soin d’établir mille et une mesures, prendre des milliers d’images, certaines avec une résolution dont peu de corps du système solaire aura bénéficié. Dans le ciel de Pluton, rien n’aura vraiment changé. Le point lumineux pâle se sera enfui derrière son propre horizon. La sonde terminera ses mesures et commencera à passer en mode silencieux.

Pendant ce temps là, sur Terre, les images seront disséminées à travers le globe. Pluton et ses compagnons auront enfin un visage. La dernière porte du système solaire sera connue, poussant encore plus loin les limites de cette terra incognita. Ce n’est que le début, il reste encore plein de choses à découvrir, à mettre en lumière.

Dites bonjour au 70D !

Mon Canon EOS 400D m’a suivi durant 5 années de ma vie. 5 années à me suivre, sous la pluie, la neige, la grêle, l’orage, le vent, les embruns salés, la canicule, le brouillard, le givre, le ciel nocturne. Mais aussi sur les toitures, dans les souterrains, dans des espaces abandonnés. Mais également au bord de mer, à la montagne, dans les villes, les villages, les campagnes, les forêts, les champs. 5 ans de compagnie. Depuis Janvier 2010. Il a pu être le témoin de mes dernières années en école des Beaux-Arts. Le témoin indispensable de ma transition. J’ai pu le pourvoir d’un objectif ultra-grand angle Sigma 10-20 mm.

Ces 5 ans avec mon 400D c’est :

  • 102,8 Go de photos ;
  • 34 058 photos ;
  • Et… beaucoup d’articles de blog !

Mais hier, à ma grande surprise, sans signes avant-coureurs, je retrouvais l’appartement avec deux cadeaux de mon chéri :

  • Un trépied tout neuf Manfrotto ;
  • Un Canon EOS 70D en kit.

Un 70D… Mon chéri est incroyable. Juste. Incroyable. Cadeau, comme ça !

Autant vous dire que cet appareil photo c’est juste de la bombe. Je passerai sur les nouveautés par rapport au 400D. Le mode vidéo full HD, l’écran escamotable et tactile multitouche, des ISO en veux-tu en voilà, le mode HDR, le Dual Focus, et tout un tas d’autre choses. Je passe d’un capteur 10 mpx à un capteur 20 mpx. Bref : un boitier qu’il est sérieux qu’il en a dans le ventre !

Maîtriser la bête ne fut pas totalement aisé et je suis encore en train de prendre mes marques à l’heure actuelle. J’attends de pouvoir faire de vraies sorties pour exploiter son plein potentiel. Et j’ai le temps :) Mais toutefois, ma petite revue en quelques clichés obtenus avec ce nouveau bestiau.

Le tout premier cliché. Toujours important. Pour le 400D c'était la vue vers l'Est avec le Mont Puget. Ici, guère de Mont Puget, mais vue vers l'Est depuis le Vélux tout de même !
Le tout premier cliché. Toujours important. Pour le 400D c’était la vue vers l’Est avec le Mont Puget. Ici, guère de Mont Puget, mais vue vers l’Est depuis le Vélux tout de même !
Vue extérieure. J'utilise le zoom fourni qui est le 18-135, 3,5/5,6 fourni de base, et qui donne de très bon résultats au grossissement maximum.
Vue extérieure. J’utilise le zoom fourni qui est le 18-135, 3,5/5,6 fourni de base, et qui donne de très bon résultats au grossissement maximum.
Le mode HDR m'a vite intriguée et j'ai fait un test. C'est assez convaincant : les ombres sont débouchées et le ciel n'est pas cramé. Faire attention durant l'acquisition car l'apn déclenche trois vues qu'il empile ensuite. Donc ne pas bouger durant la rafale.
Le mode HDR m’a vite intriguée et j’ai fait un test. C’est assez convaincant : les ombres sont débouchées et le ciel n’est pas cramé. Faire attention durant l’acquisition car l’apn déclenche trois vues qu’il empile ensuite. Donc ne pas bouger durant la rafale.
Zoom sur la Lune avec le 18-200 mm. Cette image est un recadrage à 100%, dont les détails ont été réhaussés sous Gimp (ondelettes). Photo prise à MAIN LEVÉE !
Zoom sur la Lune avec le 18-200 mm. Cette image est un recadrage à 100%, dont les détails ont été réhaussés sous Gimp (ondelettes). Photo prise à MAIN LEVÉE !
En basse lumière il se défends bien mieux que mon 400D, et le traitement du bruit est bien meilleur. Ici une vue sur une bougie chauffe-plat, autant dire pas beaucoup de lumière dispo. Et pourtant. 12800 ISO pour ce cliché.
En basse lumière il se défends bien mieux que mon 400D, et le traitement du bruit est bien meilleur. Ici une vue sur une bougie chauffe-plat, autant dire pas beaucoup de lumière dispo. Et pourtant. 12800 ISO pour ce cliché.
Nouveau test du mode HDR. La rue de la République à Dijon ;)
Nouveau test du mode HDR. La rue de la République à Dijon ;)
Test des capacités de macro du 18-135. Ceci est un recadrage à 100%. La photo est nette et sans bavure sur ce cliché fait à 800 ISO, sur le capuchon de protection de l'objectif.
Test des capacités de macro du 18-135. Ceci est un recadrage à 100%. La photo est nette et sans bavure sur ce cliché fait à 800 ISO, sur le capuchon de protection de l’objectif.

J’ai réellement hâte de le tester sur trépied sous un ciel nocturne, pour voir si je peux obtenir la Voie Lactée avec le mode ISO élevé. Hâte également de filmer des orages de jour afin de saisir des impacts de foudre diurnes. Hâte de faire tout un tas de choses en fait…
Voilà, désormais, mes photos seront faites avec ce beau boitier, offert amoureusement par ma moitié :)

Urbex à Dijon – Rendons visite à une grue

Ma dernière exploration urbaine remonte à Septembre 2012, quand, à Saint-Nazaire, j’avais escaladé une grue portuaire.

Le manque, ainsi que la motivation de mon chéri à vouloir prendre de la hauteur comme je le faisais avant, ont fait que cette nuit on a décidé de s’attaquer à une grue, située dans un quartier pavillonnaire à Dijon, proche de l’Université.
J’avais presque oublié la jubilation de la montée de l’échelle centrale, la prise de hauteur qu’on ne remarque pas tout de suite. Et puis l’arrivé là-haut, où le panorama est saisissant.

Allez, les images !

IMG_6475
La flèche de la grue, qui pointe vers l’Est.
IMG_6476
A l’arrière, côté contrepoids.
IMG_6477
La nacelle située tout au sommet de la grue. J’irai m’y percher pour réaliser un panorama complet (voir plus bas)
IMG_6478
Vue plus générale de l’ensemble. L’ultra grand-angle est une bonheur ici !
IMG_6484
Depuis la nacelle, vue vers le centre-ville dijonnais. Tout à gauche, on distingue Corcelles-les-Monts accrochée sur le Mont Afrique.
IMG_6481-IMG_6486_web
Le panorama complet depuis la nacelle. Attention, fichier lourd : 4 Mo.
IMG_6487
Et je termine par une vue de la cabine de pilotage. Toujours cette impression d’être dans un vaisseau spatial !

db-prods – 7 ans

db-prods_7ans

Hé oui, 7 ans déjà ! Crée en 2008, mon domaine et le blog associé viennent de fêter leur 7 ans. Ce blog a vêtu plusieurs apparences (ou designs), vécu plusieurs périodes de visites très importantes du fait d’une actualité météorologique, astronomique ou spatiale brûlante. L’occasion de traduire db-prods.net en chiffres.

• Le blog : 240 000 visites depuis la création. 5164 vues en une seule journée, record absolu (23 Juillet 2009). 557 commentaires. 548 articles.
• Le domaine : 1 308 000 visites depuis la création. Avec une moyenne de 560 visites par jour (900 visites/jour sur l’année 2015). Et près de 4 millions de pages vues !

Le blog reste la partie du domaine la plus consultée, MarsroversImages vient en second.

Voilà pour ce petit point statistique avec des chiffres qui personnellement m’étonnent encore.

Pour ces 7 ans, j’ai décidé de partager des photos que j’avais dans mes archives et qui prenaient la poussière numérique. La plupart sont inédites, n’ont jamais pu figurer dans l’un des articles présents sur ce blog. D’autres articles viendront compléter celui-ci afin de garnir cette galerie d’images appelée db-prods Les Inédits. La période va de Février 2007 à Juin 2009. Toutes ces photos furent prises avec mon ancien bridge numérique Kodak Easyshare ZD710, qui m’a accompagnée durant plein d’évènement astro, météo, etc.

100_0257
21 Février 2007 • Eclipse totale de Lune. La série de photos produite à cette époque justifiait à elle-seule l’achat d’un appareil photo numérique.
100_1230
17 Mars 2007 • La seule fois où je me suis hissée sur le sommet de la Montagne Carpiagne, à l’Est de Marseille. Vue à couper le souffle sur une partie de la Cité Phocéenne, la Méditerranée et le Phare du Planier, délicate silhouette posée sur la mer.

Continuer la lecture