Tous les articles par Damia Bouic

Meilleurs Vœux 2016 et bilan de l’année 2015

db-voeux-2016

Je vous souhaite une belle nouvelle année. En espérant que celle-ci soit moins sombre dans plein de domaines et qu’elle soit moins marquée d’évènements tristes et terrifiants que l’année passée.

Et le bilan de l’année 2015 sur db-prods.

C’était une année plutôt riche en évènements, mais avec moins d’articles que publiés d’ordinaire. Vous avez pu le constater, j’ai été moins prompte à publier des articles qu’avant, notamment des reportages photo. J’ai donc essentiellement publié autour de l’imagerie spatiale, avec bien évidemment Curiosity, mais aussi Rosetta et New Horizons. Mon année aura été marquée d’un point de vue personnel par mon installation à Bergerac, en Septembre, suite à une installation précédente à Djion. J’y avait eu mon premier logement, après 5 longues années d’hébergements successifs.

Top 3 des articles les plus visités cette année 2015 :

  1. Coucher de Soleil … sur Mars (presque 5000 visites, de loin le plus populaire !)
  2. Tutoriel : Hugin – Ou l’ultra grand angle gratuitement
  3. Double descente dans les catacombes parisiennes

L’année 2015 totalise 42606 visites, avec une moyenne de 117 visites par jour.

Quels sont mes projets pour 2016 ? Continuer d’exploiter mon 70D, continuer le traitement des images de Curiosity et d’Opportunity, ainsi que de Rosetta, New Horizons, Cassini. Je vais essayer de relever le défi de prendre une photo la barre pyrénéenne depuis le Nord du Lot-et-Garonne.

Comme on dit à Marseille, bon bout d’an et à l’an qué ven !

Namib Dune • Sol 1196 Colorized Postcard

Sol 1196. Curiosity prenait un panorama Navcam saisissant du versant sous-le-vent de la Dune Namib Je ne pouvais pas laisser un si beau panorama monochrome, et ai donc décidé, sous l’influence de Twitter, et par réactions aux horribles créations disponibles sur Universetoday, de créer une carte postale, colorisée, de ce panorama. Une bonne après-midi de travail et voilà !

Sol 1196. Curiosity took a wonderful Navcam pan of the slip side of Namib Dune. I couldn’t resist to leave it in greyscale, and so, I decided to colorized it in Postcard, under some Twitter influence, and to react to the ugly *sepia* Mars pictures we can find on Universetoday (sorry guys…). A good afternoon of work !

Sol1196_pano_postcard_colorized_web

Rosetta • Galerie d’images anaglyphes par la caméra OSIRIS

Les politiques en matière de rendre publique les images brutes des sondes spatiales construites par l’Agence Spatiale Européenne (ESA) n’ont jamais été très claires, et ne faisaient que rarement appel au public pour prendre part aux missions, contrairement à la NASA, qui publie dès leur réception les images transmises par leur sondes sur leur site web respectifs. Avec l’ESA, c’est autre chose. Iels ont tout le temps considéré que le public ne devait s’intéresser qu’aux données traitées, et pas les brutes. Ce qui fait que des quantités astronomiques d’images brutes ne sont pas accessibles (notamment celles de Mars Express et Vénus Express), du moins en temps réel ou quasi-réel.
Avec Rosetta, la donne a changé. L’équipe de la Navcam a décidé de publier presque quotidiennement les images envoyées par leur caméra. Une autre caméra, OSIRIS, aux capacités bien plus élevées que la Navcam, produit aussi des images. Seulement… Seulement celles-ci n’étaient que publiées avec frilosité, rarement des données brutes. De nombreux-ses amateurices, comme moi, fustigeaient l’équipe d’OSIRIS pour leur manque de discernement de ce côté là. Jusqu’à hier, où celle-ci décida de publier ENFIN les images brutes de la phase cométaire de la mission, à savoir l’approche et la mise en orbite. Des milliers d’images, haute résolution, sous filtres, de la comète 67/P Churyumov-Gerasimenko ! 

Hier, j’ai pu m’amuser avec elles. La mise en couleur, difficile, étant donné que le corps de la comète tourne sur lui-même, et que Rosetta aussi se déplace. Donc de très légers changements de perspective font qu’il est difficile d’avoir un empilement parfait des couches RVB. Toutefois, cela permet de créer des images stéréoscopiques, dites anaglyphes. En voici trois produites hier et aujourd’hui.

 

Politics in mater of make publicly available raw imagery of spacecraft builds by the European Space Agency (ESA), were not always very clear, and rarely called the public to take part of the missions, contrary to the NASA, which publish images as soon as they received them on the website of each mission concerned. With ESA, this is different. They’ve always that the public should be interested only in processed, selected work, and no raw data. This way, astronomical amount of imagery are not yet accessible freely (like Mars Express and Venus Express…), at least in realtime, or near-realtime…
With Rosetta, things are changing. Navcam team decided to publish nearly daily the images send by their camera. An other camera, OSIRIS, much powerful than Navcam, were taken. But… This ones were published only a few, rarely raw datas. A lot of amateur, like me, yelled at OSIRIS team by not wanting to publish them. Until yesterday, when this team decided to FINALLY publish all of the imagere from the cometary phase, at least from approach to orbiting. Thousands of images, high resolution, with filters, of 67/P Churyumov-Gerasimenko, online !

Yesterday, I could play with them. Putting in color was hard, because the nucleus is rotating, also, Rosetta is orbiting it. So, we have little shifts between frames, that making hard RGB alignment. But, it’s possible to create stereoscopic images, called anaglyphs. Here is three, produced yesterday and today.

20151201194116-697a8510_ana

20151201204121-a68767b5_ana

20151201202357-e81aca44_ana

N20140901T114304782ID30F24_ana

N20140902T174333893ID30F24_ana

N20140912T063355344ID30F22_ana

N20140913T042718432ID30F22_ana

N20140915T230953097ID30F41_ana

Sol 1174 • Arrival at Bagnold Dunes

Les choses s’accélèrent pour Curiosity qui se rapproche franchement des larges dunes située aux pieds du Mont Sharp. Au Sol 1174, le rover aborde des dunes nommées Bagnold, en référence à l’auteur, du même nom, qui a écrit un ouvrage sur la physique des dunes et du sable soufflé par le vent. Carte postale obligée de cet endroit, issue d’un panorama bien plus large, version colorisée.

Things are accelerating for Curiosity, who is nearing frankly toward the large dunes located at Mount Sharp footsteps. On Sol 1174, the rover is reaching theses dunes named Bagnold, reference to the author of the book The Physics of Blown Sand and Desert. Obligatory postcar of this place, extract from a full panoramic, colorized.

Sol1174_BagnoldDunesArrival_postcard_colorized_web2

Sol 1158 • Regards sur les montagnes de Gale

J’ai pratiquement failli louper ce panorama magnifique acquis par Curiosity au Sol 1158, le 9 Novembre. Il aurait été dommage de ne pas s’en occuper. Donc après l’assemblage traditionnel, mis en ligne ici, je me suis affairée à en faire une carte postale, afin de rendre honneur à ces images qui montrent une vue détaillée des montagnes qui forment les remparts du cratère Gale.

I’ve nearly miss the wonderful panorama taken by Curiosity on Sol 1158, November 9. It should have been sad indeed not to take care of it. So, after a common stitching, online here, I managed to make a postcard, to give full potential to these images who give us an accurate view of the mountains forming the Gale’s crater rim.

Sol1158_Mastcam34_postcard_web

Opportunity at Marathon Valley – Sol 4158

Un petit panorama Navcam, noir et blanc à la base, colorisé et mis au format carte postale. Opportunity est toujours là, et continue son exploration du cratère Endeavour.

A little Navcam panorama, firstly in greyscale, colorized and put in postcard format. Opportunity is still there, and continue to explore Endeavour crater.

Sol4158_pano_postcard_colorized_web

Coucou Marco and Ken :)

L’éclipse totale de Lune du 28 Septembre 2015

… en Dordogne, à Bergerac !

Car, j’ai quitté Dijon. De façon définitive. Je vous expliquerai tout ça plus en détail, un autre jour.

Ce Lundi 28 Septembre, avait lieu une éclipse totale de Lune, la dernière visible avant un bout de temps en Europe. Il fallait donc bien en profiter. Moi et mon chéri sommes partis du lotissement pour nous installer sur un chemin longeant la Dordogne. Absence de lampadaires, ou presque, ciel dégagé, horizon impeccable. Tout était bon pour observer le phénomène céleste.

Assez causé, le récit ! APN utilisé : Canon EOS 70D. Les clichés du début ont été pris au foyer d’un télescope de 114 mm. Les suivants, phases totales notamment, au téléobjectif de 200 mm (impossible d’obtenir un cliché bien propre de la Lune éclipsée au foyer du télescope).

Dimanche 27. Le Soleil se couche. Ses rayons, dans quelques heures, passeront dans l’atmosphère terrestre, pour teinter de rouge la Lune, qui sera alors plongée dans l’ombre de la Terre.

IMG_2319

Le Lune se lève, dans un ciel propre, entre les arbres, au dessus des toits. Les acteurs prennent place.

IMG_2329

Cliché de la Lune obtenu avec le télescope. J’obtiens de nombreux détails.

IMG_2335

Continuer la lecture

Curiosity – Trois ans sur Mars

Début Août 2012, se posait le rover Curiosity dans le cratère Gale. Trois ans plus tard, après plusieurs kilomètres, le rover est toujours actif et explore à présent les pieds du Mont Sharp.
A cette occasion, un auto-portrait inédit fut enregistré, au Sol 1065, avec la caméra MaHLI, consistant un panorama complet du site, avec un forage, visible au centre de l’image.

In August 2012, landed Curiosity rover in Gale crater. Three years later, after many kilometers, the rover is still active and is now exploring Mount Sharp foothills.
It was the occasion to make a never-made-before self portrait on Sol 1065, with MaHLI camera, consisting in a full panoramic, with a drill hole, visible at the center of the image.

Sol1065_MaHLI_web_medium

Pleine résolution / Full res here (13.5 Mo)

Et pour finir, deux cartes postales tirées de ce panorama :

Sol_1065_MaHLI_postcard1_web
Le rover Curiosity
Sol_1065_MaHLI_postcard2_web
Les étendues du cratère Gale. Au fond, les montagnes qui bordent le cratère.

Mars par Rosetta – Images OSIRIS de 2007

L’Agence Spatiale Européenne, ESA, se décide ENFIN à mettre en accès libre les images brutes de la caméra OSIRIS de la sonde Rosetta. En quoi cette caméra est-elle importante ? Celle-ci enregistre des images en niveaux de gris de 2048 px de côté (soit en 2K), est équipée d’une roue à filtre colorée permettant l’acquisition d’images en couleur, et également un pouvoir grossissant bien plus élevé que la NAVCAM.
Cette flopée d’images nouvelles de la caméra OSIRIS remonte chronologiquement au moment du lancement, et durant tout son voyage interplanétaire. Rosetta survola la planète Mars et pris de très beaux clichés le le 24 Février 2007. Jamais mise en lignes, les images brutes sont désormais prêtes pour être manipulées par les amateurs-trices comme moi. Chose que je me suis empressée de faire dans la journée.

Je publie ici deux images. Une image individuelle (constituée de 3 images RVB) et une mosaïque de 4 images, qui fut assez difficile à mettre en œuvre étant donné les décalages inhérents à la rotation de Mars et le déplacement de la sonde.

The European Space Agency, ESA, has FINALLY decided to release in free access the raw images from the OSIRIS camera onboard Rosetta spacecraft. What is the matter with this camera ? It can be able to record 2048 sized images (2K), comes with color filter wheel so we can compose color images, and it’s also have a zooming capacity much powerful than the NAVCAM.
This bunch of new images coming from OSIRIS is covering a period from the launch to comet arrival. In 2007, the 24th February, Rosetta flew by, or swing by more precisly (to benefit a gravitational assistance), and took some beautiful shots of Mars. Never put online, the raw images are now ready to be manipulate by amateurs imagers, like me. Thing I quickly did this day.

I publish two images. One individual frame (composed of 3 RGB images) and 4 frames mosaic, which was very difficult to stitch because shifts between images due to Mars rotation and spacecraft displacement.

N20070224T182817017ID20F84_RVB
On constate que Mars est une planète active météorologiquement parlant. Des nuages polaires coiffent le pole Nord, des brumes le soir, et des nuages visibles sur le limbe / We can see that Mars have an active weather. Clouds on north pole, clouds at dawn, other clouds on the limb.
Mars_24022007_Rosetta_OSIRIS_swingbymosaic_web
La région de Syrtis Major est clairement visible ici. Des nuages s’étirent en stries sur le pôle Sud. / Syrtis Major is clearly visible here. Some clouds are striping over southern countries.

Juillet 2015 à Dijon – Bilan climatologique

Sacré mois de Juillet à Dijon. J’ai envie de dire, sur tout le territoire étant donné la canicule de grande envergure qui s’est produit ce mois-ci.

Mais penchons-nous sur le cas de la ville de Dijon parce que… Parce que j’y vis surtout, depuis bientôt 3 ans, voilà pourquoi.

Jetons un œil à ce graphique d’abord, résumé des données météo renvoyées par la station de Dijon-Longvic, et accessibles ici, grâce à Infoclimat.

graphique_infoclimat.fr-2

 

Les colonnes en rouge montrent les précipitations. A droite, l’échelle. Le jour où il a plu le plus c’était le 28 Juillet, avec tout juste 2 mm ! Ce qui est faible, très faible. Les autres jours ne parviennent même pas à franchir ces 2 mm symboliques. Bilan pluviométrique de ce mois de Juillet 2015 : 6.2 mm. L’an dernier, il était tombé environ 100 mm pour le même mois. Mais le plus marquant n’est pas là. Le plus marquant est que ce mois de Juillet 2015 restera dans les annales car étant le mois le plus sec depuis 25 ans ! Mois très sec qui succède à d’autres mois déficitaires : Juin avec 37,7 mm (-40%) et Mai avec 45,8 mm (-47%). Comparons avec une ville plus habituée à un pluviomètre moins rempli : Marseille. A Marseille, jusqu’au 31 Juillet 2015, il est tombé en tout et pour tout 294,4 mm. A Dijon, sur la même période : 276,8 mm.
Une sécheresse inhabituelle pour la région.

Et cela n’est pas sans conséquences… Plusieurs incendies se sont produits autour de la ville, notamment sur le plateau de Chenôve; les 20 et 21 Juillet.

IMG_0679

Et le lendemain, reprise.

IMG_0742

Quelques précipitations et un rafraîchissement ont pu éloigner la menace de nouveaux départs de feux, mais cela montre bien l’atypicité de la situation climatologique en Bourgogne pour ce mois de Juillet.

Revenons à notre graphique plus haut. Cette fois-ci les températures. Celles-ci sont restées très élevées en raison d’une forte canicule. Record mensuel de 37,7°C le Mardi 7 Juillet. Le record historique est de 38,1°C, en Juillet 1983. C’est le 3ème mois de Juillet le plus chaud depuis que la station existe. En toute fin de mois, les températures sont retombées, jusqu’à atteindre 6,9°C le 30 Juillet ! Notez que la température minimale absolue est de 5,2°C le 1er Juillet 1972. Un mois de Juillet 2015 donc avec de grandes amplitudes thermiques.

Je termine par l’ensoleillement. Cf. diagramme ci-dessous. De très larges périodes d’ensoleillement à cette station. 316 h et 53 min au total de Soleil ce mois-ci ! A Marseille (décidément !) pour ce même mois de Juillet, il y a eut 282 h et 50 min. Ce qui est inhabituel. graphique_infoclimat.fr-3

 

Donc pour résumer : un mois de Juillet 2015 à Dijon très chaud et surtout extrêmement sec, le plus sec de ces 25 dernières années, et qui aura vu des feux de forêt, phénomène que l’on voit plus couramment se produire en Provence. Un peu de fraicheur et d’humidité les quelques derniers jours mais ce n’est pas cela que nous retiendrons.

J’essaierai de produire un bilan climatologique mensuel chaque 1er du mois environ.