Archives de catégorie : Capharnaüm

Concernant mon père

Avertissement : cet article ne se situant pas dans la ligne éditoriale de ce blog, son autrice vous prie de s’en excuser par avance. Merci

Cet article n’est pas une lettre ouverte. Mais plutôt une plaidoirie à charge. Devant le silence assourdissant de la personne qui me sert de père, et devant son obstination à ne pas reconnaître les faits, et que non, je ne lave pas mon linge sale en famille, je vais dévoiler les actes scandaleux de ce personnage sur la place publique.

Tout d’abord, quelques éléments chronologique histoire de situer le contexte.

Avant de connaître ma mère en 1984, Alain -c’est son prénom, désolée mais je ne vais rien masquer, pas même son identité, c’est à lui d’assumer, pas à moi (note : nous partageons le même nom de famille)-, il avait une autre femme, avec laquelle il a eu une relation qui a duré trois ans environ. Iels se sont marié-es, ont eut une fille (ma demi-sœur donc), avant de lâchement abandonner son ex-femme suite à la honte d’avoir caché le fait qu’il n’avait plus de travail (mais lui continuait de le lui faire croire, mascarade qui a duré des mois). La procédure de divorce a été rapidement expédiée vu les circonstances graves. Il n’a pas voulu se présenter au tribunal et a fait exprès d’arriver en retard au jugement. Il fut condamné à verser une pension alimentaire à sa fille et à s’occuper d’elle. Cela n’a pas pu durer et il a fuit de nouveau devant ses responsabilités. Cela vous permet de comprendre un peu mieux le personnage, c’est important pour la suite.

Donc, Marmande, 1984. Mes parents se rencontrent dans un restaurant. Ma mère tombe assez vite sous le charme, puis sous l’emprise de ce beau jeune brun, beau parleur, qui lui promet monts et merveilles. Rapidement, ma mère en a marre du logements qu’iels occupaient à Marmande et dégote un travail ainsi qu’un logement à Alain … dans la ville de Bergerac. A cette époque là, ma mère est déjà enceinte de moi. Il se montre déjà très possessif durant cette période à l’encontre de ma mère. Jaloux et voulant absolument tout contrôler d’elle. Elle n’a pas de travail et est donc mère au foyer (du moins après ma naissance le 11 Mai 1985).

Deux ans plus tard, encore sous la pression de ma mère et de son initiative, on déménage de Bergerac pour nous installer dans la petite commune de Varennes, toujours en Dordogne. C’est durant nos 4 années de présence là-bas que mon petit frère naît (en Novembre 1989). C’est à cette époque là que mes souvenirs deviennent plus clairs («Quand on a 4 ans, on ne se souvient pas.» Arthur, Kaamelott, Livre V). Et le portrait que je tire d’Alain est déjà clair : il me terrorisait. Il criait souvent, et n’hésitait à recourir aux violences physiques. Avec ma mère il n’était guère plus tendre, et celle-ci ne pouvait pas tellement intervenir. Je crois que c’est sous ce règne de terreur que j’ai lié une confiance envers elle.
Après Varennes, Creysse. 12 Juillet 1992. C’est encore à ma mère que nous devons notre nouveau logement, c’est elle qui a fait toutes les démarches. C’est elle qui sauve -une fois de plus- les meubles. Mais Alain ne se montre pas plus reconnaissant que ça. Il continue à vouloir la contrôler, et à saboter toutes ses initiatives d’être un peu plus indépendante financièrement. Que ce soit ces formations ou ses stages.

Et je vais sauter littéralement 23 années. 23 années durant lesquels le comportement d’Alain reste peu ou prou le même : terreur, peur, contrôle, et emprise psychologique. Je sortirais pour ma part de tout cela en 2005, lors du commencement de mes études. Mon frère me suivra quelques années plus tard, laissant donc ma mère seule avec lui. Durant quelques temps j’ai cru constater un mieux dans leur relation. Écran de fumée… Que j’étais naïve. Nous l’avions tous-t-es été.

En 2015 toutefois, ma mère se révolte enfin. Elle ouvre les yeux sur certaines choses et met en application un plan qui lui trottait dans la tête depuis quelques temps : le quitter et vivre sa vie. Elle se trouve donc un appartement à Bergerac, et déménage. Mais c’était sans compter sur le fait qu’Alain possède plus d’un tour dans son sac. Il use de chantage affectif, promet qu’il va changer… Ma mère se laisse avoir par ces belles paroles et revient vivre avec lui, et annule la procédure de divorce en cours. Elle en profite pour me proposer son appartement à Bergerac, raison pour laquelle je quitte Dijon, avec mon compagnon.

Retrouvailles avec mes parents. La première rencontre, à Creysse, se déroule plutôt bien, mais non sans incident (il fera une mauvaise réflexion à mon compagnon). On se reverra deux autres fois par la suite, et je comprends très vite que non, Alain n’a pas changé. C’est toujours le même personnage. Ma mère déchante assez rapidement également. Et commence à regretter amèrement sa décision de s’être remise avec lui…

Deux ans s’écoulent. Et ma mère me fait part de sa décision d’en finir avec lui, de le quitter. Définitivement cette fois-ci. Elle me propose que elle, mon compagnon et moi trouvions un nouveau logement, plus spacieux, et vivions ensemble. C’est fin Juillet 2017 que les choses s’accélèrent. Je trouve un bel appartement dans une maison dans un quartier calme. Celui-ci semble plaire à ma mère, et nous le visitons. Et dans la foulée, signons le contrat de bail. Nous laissant un mois pour nous organiser. Surprise quand mi-Août ma mère me fait part du fait qu’elle a quitté Alain et désire avancer son installation avec nous. Je l’accueille dans notre ancien logement.

Et c’est à partir de là que les choses vont se gâter. Car voyez vous, Alain ne veut pas l’entendre de cette oreille. C’est pour lui inacceptable. Et il mettra tout en œuvre pour mettre des bâtons dans les roues à ma mère. Mon frère n’est pas resté de côté. Un an avant, il est venu lui aussi s’installer à Bergerac. Et s’est épuisé à raisonner Alain, sans succès. Il a pourtant fait tout son possible, même de se mettre en colère. Cela ne fonctionnant pas il a décidé d’arrêter les frais.
Vers la fin du mois d’Août nous tentions de calmer le jeu et de poser nos conditions. Histoire de trouver une trêve. Un traité de paix en somme. Nous sortirons de ces négociations assez ravi-e-s. Tout en restant un peu sur nos gardes.

En cette fin d’Août, tout est en place. Le déménagement est planifié, la location du camion aussi, les papiers du logement en ordre. Jusqu’à ce qu’une nouvelle nous tombe sur le coin du crâne : ma mère consultait son solde à la banque. Elle est à découvert de pratiquement 500€ ! 500 balles. Nous ne comprenons pas d’où cela vient. Toutes ses charges fixes ont été payées, elle a pu encore récemment faire des achats. Quelque chose cloche. Je lui propose d’examiner les détails de ses dépenses sur son compte en ligne. Et nous constatons deux irrégularités : deux retraits effectués au bureau de Mouleydier, pour une somme de 446€ et de 40€. Comment de telles sommes ont-elles pu être retirées dans un guichet ? Simple : 5 ans plus tôt, ma mère avait accordé à Alain une dérogation sur son compte courant. Lui permettant d’effectuer des retraits en liquide (car semble-t-il il était en galère financière. Soit.).

Voici l’extrait de compte qui prouve mes dires :

C’est le coup de massue. Et légalement rien que nous ne puissions faire pour le contraindre à rendre cet argent. Alors nous contactons par téléphone le voleur. Il nie en bloc. Cette méthode s’appelle du gaslighting, nier les faits et mutiler la vérité. Typique des comportements toxiques (j’espère que vous aviez compris jusque là que Alain était manipulateur, et toxique). Ma mère prends toutefois l’initiative de lever la procuration. Et modifier son mot de passe sur Internet concernant son compte en banque. Cela limitera les dégâts.

Début Septembre c’est le temps du déménagement, cela ne nous laisse pas trop de temps pour mettre la pression à Alain afin qu’il rende l’argent. Les charges financières de ce mois de Septembre sont très lourdes. Et achève le peu d’argent restant à ma mère. Mon frère parvient à faire reconnaître à Alain que c’est bien lui pour les 446€ (mais pas les 40€ bizarrement). Soit-disant pour le loyer du foyer conjugal, alors que celui-ci est déjà payé, par ma mère. Ce qu’il a fait avec cet argent on n’en sait rien. On sait qu’il a remis 150€ de la somme totale (486€) sur le compte en banque de ma mère, mais c’est tout. Il lui reste donc 336€ à rendre.

A l’heure où j’écris l’article, la situation est au point mort. Ma mère va reprendre la procédure de divorce. Au passage, j’ai oublié de noter que nous avions voulu aller à Creysse récupérer ses meubles, sans succès, car l’artiste a … changé la serrure. Et c’est pas bon pour lui. Vraiment pas bon, car il se met en position d’illégalité en empêchant sa femme d’accéder au domicile conjugal.

Cet article je le met en ligne car je sais que Alain refuse d’admettre la vérité. Car il refuse également d’entendre raison. Et l’uns des seuls moyens pour le faire plier c’est d’afficher publiquement et nommément ses actes. L’époque où on lavait notre ligne sale en famille est révolue… A charge de revanche.

Nouvelle Année 2017

Je vous adresse mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2017. En faisant le vœu que celle-ci soit meilleure que la précédente…

Un constat un peu amer pour cette année passée. Sur plusieurs niveaux. Je ne ferais pas de points statistiques, mais une chose ressort : jamais ce blog n’aura connu aussi peu de visites. Plusieurs raisons, mais une est évidente : le peu de contenu proposé ici. J’ai connu de nombreux passages à vide, des remises en questions, des pertes de confiance, des moments où je voulais tout arrêter, car, notamment en matière d’imagerie martienne, de nouveaux arrivants font un travail excellent, plus efficacement, plus rapidement. Cela fut très dur pour moi, à tel point que j’ai failli cesser mon travail. Je vous en parle car de même qu’il faut parler des bons moments, il faut aussi évoquer les moments moins bons. Et 2016 en fut ponctué de nombreux.

Je met en 2017 une nouvelle confiance, j’ai repris en main mon travail d’imagerie, je ne compte pas le lâcher de si tôt. Et peu importe si des gens qui sont équipés en meilleur matériel, avec de meilleures compétences logicielles, font mieux que moi, je persisterai à produire des cartes postales martiennes. Qu’on se le dise !

Bonne année tout le monde, le meilleur pour vous tous-t-es.

Parlons station de travail

Un billet de blog un peu long, pour plusieurs raisons.

Chère Apple,

J’ai toujours admiré tes produits, tes propositions en terme de design et comment tu arrivais à concentrer des hautes technologies dans des appareils aussi bien pensés, aussi bien conçus. On s’est connues lors de mon concours à l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Marseille, début Mai 2005. Je découvrais les modèles Power Mac G4, de toute beauté. Je découvrais le Système 9 qui équipait encore certaines machines, mais aussi Mac OS 10.3 (Panther), qui en équipait d’autres. J’ai tout de suite apprécié l’environnement de travail, l’interface graphique. Ce sentiment restera identique à mon entrée à l’ESBAM. Les années suivantes, je passerai un certain temps à travailler sur de vieux Mac sous Système 9 et un eMac sous Panther. Le Dock, le Finder, Exposé, etc. Tout ça emballé dans une jolie machine arrondie de couleur blanche et un clavier robuste.
Je n’avais qu’un vieux PC portable (que je surnommais affectueusement le Rameur Portable, car il ramait et était portable), au clavier dysfonctionnel, m’obligeant à trimballer un clavier externe en port PS2, et avec aucune autonomie car batterie morte, le tout sous Windows XP. Ce n’est qu’à la fin du mois de Décembre 2007 que j’ai eu le Macbook Pro 15″ dont je me sers actuellement pour rédiger ce billet.
J’adore mon Mac, vraiment. Je lui dois une grande partie de mes productions. C’est sur celui-ci que j’ai vraiment perfectionné mes techniques de traitement de l’image, et de production infographique. Et il est passé par plein de choses. La chaleur de mon studio à Luminy lors d’épisodes caniculaires, le froid lors d’acquisitions d’images à la webcam au foyer de feu mon télescope 130/900 (à moins que toi, oui toi, tu ne l’aie gardé, ou vendu).

img_0296

Des chutes, du lit, à vélo. Et puis les réparations et upgrades. Le remplacement de la carte mère en 2010 suite à une malfonction du processeur graphique (à la charge de Nvidia). Le changement de la batterie. L’ajout de mémoire vive. L’ajout d’un SSD. Encore de nouveaux changements de batteries. Le passage de Mac OS 10.5 (Leopard) à Mac OS 10.11 (El Capitan). Bref, tout un tas de trucs. Je dois dire, Apple, que ton matériel valait vraiment le coup. C’est du robuste. Du durable (ou bien mon modèle passe au travers du filet de l’obsolescence programmée). Et c’est réparable. Les pièces peuvent être interchangées.

Aux environs de 2012, tu sors le Macbook Pro Retina, à l’écran égalant des impressions à 300dpi environ, donnant un rendu magnifique aux graphismes. J’avais encore franchement envie de changer de Mac pour me le procurer. Mais le tarif était très dissuasif, d’autant qu’en 2012, je suis dans une galère de plus en plus sombre.
Steve Jobs est passé de vie à trépas peu avant. Et il s’est passé quelque chose d’inexplicable chez toi Apple. Il fallait produire le mac le plus fin et le plus léger possible. Le nombre de ports disponible sur le modèle pro de tes portable a chuté. Mais ce qui pour moi sonne la séparation de nos route, ce sont tes derniers Macbook Pro équipés de cette TouchBar absolument inutile, en un mot : gadget. Sans parler des 4 ports Thunderbolts uniformes, obligeant à s’équiper de tout un arsenal de câbles et d’adaptateur, même pour une simple carte SD (car oui, le port SD n’est plus là sur tes derniers modèles).

Et quand on voit le score de réparabilité du Macbook Pro 15″ 2016, de 1/10, cela n’incite guère à investir dans un ordi qui ne sera que difficilement customisable sur le long terme. Pour avoir un meilleur score, il faut remonter jusqu’au Macbook Pro Unibody 15″ de 2011, qui est de 7/10 !

Donc, Apple. STOP à la course à la finesse et à la légèreté. En tant que professionnelle, je veux du matériel fiable, dans chaque élement puisse être remplacé, augmenté, pour suivre les évolutions technologiques et logicielles. Je veux du matériel qui ne nécessite pas tout un armada d’adaptateurs pour pouvoir travaille correctement (vous vous rendez compte, sur le dernier Macbook Pro, le port SD a carrément sauté !). Imagine, Apple, ce qu’il serait possible de produire comme ordinateur portable avec les produits d’aujourd’hui, dans la coque d’un Macbook Pro de 2007 ! C’est bien simple, dans mon ordi actuel, j’ai la place pour DEUX Macbook Pro 2016. Mais tu persistes dans ton obsession navrante de la finesse, de la légèreté. Si l’on veut de l’ultraportable, la gamme Air était très bien. Ainsi que les tablettes. Dans Macbook Pro, il y a PRO. Tâche de ne pas l’oublier, Apple.

Bien cordialement.

Situation actuelle

Mon Mac, il arrive au bout. D’abord l’affichage de l’écran qui a progressivement diminué en l’espace de deux ans jusqu’à totalement s’éteindre cet été. Voici ce que l’on pouvait voir quand il y avait encore une alimentation à LED à peu près fonctionnelle (et oui oui, il s’agit d’un fond blanc affiché à l’écran) :

img_5142

Et puis il y avait ces fissures qui s’étaient produite près de la charnière.

img_5144img_5145Jusqu’au coup de grâce, porté par l’uns de mes chats (qui avait vu une mouche sur l’écran et avait décidé de grimper dessus). J’ai entendu un horrible fracas et j’ai vu mon écran totalement cassé à sa basse, ne tenant uniquement que par les câbles. Voici la situation actuelle.

img_6648

img_6649

Sur cette vue on voit l’inverter LCD qui est dehors, ainsi que la carte LCD (le contrôleur du rétro-éclairage). Mais l’ordi fonctionne encore parfaitement. Même si je dois utiliser un écran externe pour l’affichage.

img_6650
La vérité c’est que je ne vais pas pouvoir garder mon Macbook Pro de 2007 éternellement. Un jour la carte mère me lâchera. Ou l’alimentation électrique. Que sais-je ? Mais je ne considère comme pas possible de basculer sous un autre système (et surtout pas Windows). Car j’ai mes habitudes. Mac OS reste, pour moi, un excellent système avec lequel je suis franchement à l’aise. Et puis aussi, à l’opposé, même si j’avais les moyens, je refuse de m’acheter l’uns des derniers Macbook Pro, dont les pièces sont impossibles à changer, le matériel impossible à upgrader. Ma seule option reste de me procurer un ordi de l’époque où on pouvait faire encore quelque chose avec le matériel. Soit 2010 ou 2011. Les premiers modèles Unibody. D’occasion on peut en trouver des abordables. Donc voilà mon projet pour la fin de l’année : changer de Macbook Pro, pour un plus récent, mais qui aura encore conservé une partie de ce que j’aime dans mon ordinateur. J’oubliais aussi les bugs du pilote graphique de Nvidia qui sont mystérieusement apparus juste après la mise à jour vers Mac OS 10.11.6. Et puis d’étranges bruits provenant du ventilateur gauche qui apparaissent par intermittence.

Bref, il FAUT que je change mon ordinateur. Car c’est mon OUTIL DE TRAVAIL. Et que si celui-ci arrive en fin de vie, finies les images martiennes, fini les reportages photos, l’entretien de ce blog, etc.

Merci pour votre attention.

31ème Rencontre Nationale d’Infoclimat – Jour 1

Cela faisait longtemps n’est-ce pas 😉

Faut dire que longue fut l’attente, et surtout avoir enfin une opportunité d’y aller (financièrement parlant), et pouvoir profiter de ces merveilleuses rencontres entre passionné-e-s de météo. Avant je faisais de façon quasi systématique le séjour sur sa totalité. Ici, c’est -malheureusement- loin d’être le cas, étant donné que je n’ai séjourné que durant 2 jours et demi. Donc formule un peu courte, j’espère pouvoir faire plus long lors de la rencontre hivernale.

Cette rencontre nationale se déroulait à Condom, dans le Gers, et se déroulait du 23 au 30 Juillet 2016. J’y ai pris part du 28 au 30 Juillet (le 30 jour du départ, le matin donc ce n’est pas tellement un jour à compter).

Le 28 Juillet, c’est à Toulouse que nous débarquons, à la Météopole, là où se tiennent les bureaux de Météo-France, ainsi que l’École Nationale de la Météorologie. Visite exclusive réservée à Infoclimat. Après un repas pris au réfectoire de MF, nous commençons la visite. Tout d’abord, le bâtiment qui abrite les prévisionnistes (entre autres).

IMG_5963

IMG_5967
Désolée mais je trouverai régulièrement l’architecture de ces lieux propice à quelques clichés totalement hors sujet.
IMG_5969
Et donc, voici le fameux espace où sont réalisées, préparées, rédigées les prévisions émises par MF, et où sont aussi mises en place les vigilances météo.

IMG_5973

Continuer la lecture

Feu d’artifices du 14 Juillet 2016 à Bergerac

Donc voilà, comme chaque année sur ce blog, galerie photo du spectacle pyrotechnique du 14 Juillet 🙂

Cette année, celui de la ville de Bergerac, ma ville natale. Un très beau spectacle, avec une musique originale (et pas originale dans le sens «peu commune» mais originale dans le sens «composée pour / dédiée»), le tout entièrement crée et orchestré spécialement par Alban Peyronnet, lui aussi natif de Bergerac. Donc bref : lézimajes !

IMG_5848_01

IMG_5854_01

IMG_5856_01

IMG_5862_01

IMG_5870_01

IMG_5880_01

IMG_5893_01

IMG_5904_01

IMG_5909_01

IMG_5912_01

IMG_5914_01

Meilleurs Vœux 2016 et bilan de l’année 2015

db-voeux-2016

Je vous souhaite une belle nouvelle année. En espérant que celle-ci soit moins sombre dans plein de domaines et qu’elle soit moins marquée d’évènements tristes et terrifiants que l’année passée.

Et le bilan de l’année 2015 sur db-prods.

C’était une année plutôt riche en évènements, mais avec moins d’articles que publiés d’ordinaire. Vous avez pu le constater, j’ai été moins prompte à publier des articles qu’avant, notamment des reportages photo. J’ai donc essentiellement publié autour de l’imagerie spatiale, avec bien évidemment Curiosity, mais aussi Rosetta et New Horizons. Mon année aura été marquée d’un point de vue personnel par mon installation à Bergerac, en Septembre, suite à une installation précédente à Djion. J’y avait eu mon premier logement, après 5 longues années d’hébergements successifs.

Top 3 des articles les plus visités cette année 2015 :

  1. Coucher de Soleil … sur Mars (presque 5000 visites, de loin le plus populaire !)
  2. Tutoriel : Hugin – Ou l’ultra grand angle gratuitement
  3. Double descente dans les catacombes parisiennes

L’année 2015 totalise 42606 visites, avec une moyenne de 117 visites par jour.

Quels sont mes projets pour 2016 ? Continuer d’exploiter mon 70D, continuer le traitement des images de Curiosity et d’Opportunity, ainsi que de Rosetta, New Horizons, Cassini. Je vais essayer de relever le défi de prendre une photo la barre pyrénéenne depuis le Nord du Lot-et-Garonne.

Comme on dit à Marseille, bon bout d’an et à l’an qué ven !

Dijon – Feu d’artifices du 14 Juillet 2015

Cela devient un peu comme une tradition annuelle sur mon blog : les photos du feu d’artifices local. Et cette année, comme l’an passé, c’est à Dijon. N’ayant pu me rendre sur les falaises qui dominent le lac Kir, j’ai du me contenter d’un bout de terre tout contre le lac. L’inconvénient était que j’étais trop proche, et que cela ne permettait pas de bonnes prises photo. Toutefois, j’ai pu m’en sortir suffisamment, et le 10-20 m’a encore une fois sauvée !

C’était un joli feu, avec une musique spécialement composée pour.

IMG_0530

IMG_0534

IMG_0538

IMG_0547

IMG_0581

IMG_0582

IMG_0585

IMG_0586

Dites bonjour au 70D !

Mon Canon EOS 400D m’a suivi durant 5 années de ma vie. 5 années à me suivre, sous la pluie, la neige, la grêle, l’orage, le vent, les embruns salés, la canicule, le brouillard, le givre, le ciel nocturne. Mais aussi sur les toitures, dans les souterrains, dans des espaces abandonnés. Mais également au bord de mer, à la montagne, dans les villes, les villages, les campagnes, les forêts, les champs. 5 ans de compagnie. Depuis Janvier 2010. Il a pu être le témoin de mes dernières années en école des Beaux-Arts. Le témoin indispensable de ma transition. J’ai pu le pourvoir d’un objectif ultra-grand angle Sigma 10-20 mm.

Ces 5 ans avec mon 400D c’est :

  • 102,8 Go de photos ;
  • 34 058 photos ;
  • Et… beaucoup d’articles de blog !

Mais hier, à ma grande surprise, sans signes avant-coureurs, je retrouvais l’appartement avec deux cadeaux de mon chéri :

  • Un trépied tout neuf Manfrotto ;
  • Un Canon EOS 70D en kit.

Un 70D… Mon chéri est incroyable. Juste. Incroyable. Cadeau, comme ça !

Autant vous dire que cet appareil photo c’est juste de la bombe. Je passerai sur les nouveautés par rapport au 400D. Le mode vidéo full HD, l’écran escamotable et tactile multitouche, des ISO en veux-tu en voilà, le mode HDR, le Dual Focus, et tout un tas d’autre choses. Je passe d’un capteur 10 mpx à un capteur 20 mpx. Bref : un boitier qu’il est sérieux qu’il en a dans le ventre !

Maîtriser la bête ne fut pas totalement aisé et je suis encore en train de prendre mes marques à l’heure actuelle. J’attends de pouvoir faire de vraies sorties pour exploiter son plein potentiel. Et j’ai le temps 🙂 Mais toutefois, ma petite revue en quelques clichés obtenus avec ce nouveau bestiau.

Le tout premier cliché. Toujours important. Pour le 400D c'était la vue vers l'Est avec le Mont Puget. Ici, guère de Mont Puget, mais vue vers l'Est depuis le Vélux tout de même !
Le tout premier cliché. Toujours important. Pour le 400D c’était la vue vers l’Est avec le Mont Puget. Ici, guère de Mont Puget, mais vue vers l’Est depuis le Vélux tout de même !
Vue extérieure. J'utilise le zoom fourni qui est le 18-135, 3,5/5,6 fourni de base, et qui donne de très bon résultats au grossissement maximum.
Vue extérieure. J’utilise le zoom fourni qui est le 18-135, 3,5/5,6 fourni de base, et qui donne de très bon résultats au grossissement maximum.
Le mode HDR m'a vite intriguée et j'ai fait un test. C'est assez convaincant : les ombres sont débouchées et le ciel n'est pas cramé. Faire attention durant l'acquisition car l'apn déclenche trois vues qu'il empile ensuite. Donc ne pas bouger durant la rafale.
Le mode HDR m’a vite intriguée et j’ai fait un test. C’est assez convaincant : les ombres sont débouchées et le ciel n’est pas cramé. Faire attention durant l’acquisition car l’apn déclenche trois vues qu’il empile ensuite. Donc ne pas bouger durant la rafale.
Zoom sur la Lune avec le 18-200 mm. Cette image est un recadrage à 100%, dont les détails ont été réhaussés sous Gimp (ondelettes). Photo prise à MAIN LEVÉE !
Zoom sur la Lune avec le 18-200 mm. Cette image est un recadrage à 100%, dont les détails ont été réhaussés sous Gimp (ondelettes). Photo prise à MAIN LEVÉE !
En basse lumière il se défends bien mieux que mon 400D, et le traitement du bruit est bien meilleur. Ici une vue sur une bougie chauffe-plat, autant dire pas beaucoup de lumière dispo. Et pourtant. 12800 ISO pour ce cliché.
En basse lumière il se défends bien mieux que mon 400D, et le traitement du bruit est bien meilleur. Ici une vue sur une bougie chauffe-plat, autant dire pas beaucoup de lumière dispo. Et pourtant. 12800 ISO pour ce cliché.
Nouveau test du mode HDR. La rue de la République à Dijon ;)
Nouveau test du mode HDR. La rue de la République à Dijon 😉
Test des capacités de macro du 18-135. Ceci est un recadrage à 100%. La photo est nette et sans bavure sur ce cliché fait à 800 ISO, sur le capuchon de protection de l'objectif.
Test des capacités de macro du 18-135. Ceci est un recadrage à 100%. La photo est nette et sans bavure sur ce cliché fait à 800 ISO, sur le capuchon de protection de l’objectif.

J’ai réellement hâte de le tester sur trépied sous un ciel nocturne, pour voir si je peux obtenir la Voie Lactée avec le mode ISO élevé. Hâte également de filmer des orages de jour afin de saisir des impacts de foudre diurnes. Hâte de faire tout un tas de choses en fait…
Voilà, désormais, mes photos seront faites avec ce beau boitier, offert amoureusement par ma moitié 🙂

Meilleurs Vœux 2015 !

CarteDeVœux2015-db-prods

Un article publié avec pas mal de retard, pour raisons personnelles.

2014 se termine. Que dire de cette année ? Une année riche ! Tout d’abord quelques chiffres. Cette année 2014 sur le blog db-prods se clos avec un total de 45 324 visites, avec une moyenne quotidienne de 124 vues par jour. Ce qui est un très bon score !
Vous avez été nombreux-ses à vous passionner pour les extraordinaires images envoyées par la sonde Rosetta. C’est bien simple, la Galerie de mosaïques de Septembre – Octobre 2014 de la sonde européenne a été le plus vu de toute l’année ! De nombreux clics aussi sur Le franchissement de Dingo Gap en carte postale. Une comète et Mars donc !

Ce blog durant l’année passée aura vu de profonds changements dans son interface, avec un look plus moderne, donnant une identité visuelle nouvelle à db-prods, et une mise en page plus adaptée à tous les écrans qui nous équipent. Nouveauté depuis le début de l’hiver : une bannière qui change toutes les semaines, avec le positionnement des planètes et du Soleil actualisés à chaque fois. Cela va durer jusqu’à l’équinoxe du printemps, à partir duquel une nouvelle bannière sera installée.

Gageons que 2015 offrira d’aussi belles vues du ciel que les années passées. Et de temps à autre, les Anneaux de la Terre viendront se manifester, au gré de mes humeurs.

Bonne année 2015 !

db-prods – Logo rafraîchi !

Et un peu de fraicheur en cet été, ça ne fait pas de mal (même si bon, cet été est plutôt frais…) !

Donc j’ai mis un peu de temps à m’en occuper, à trouver ce qui me plairait, sans perdre de vue l’esprit de mon logo.

Alors plus fin, plus léger, afin de coller au graphisme de mon blog, mais avec les initiales « db » (en minuscules) de mon prénom et mon nom visibles.

db-prods_logo_2014