Neige à Marseille du 21 janvier : passage sur le Mont Puget

(OH NON TU NE LE PAS)Check my doubles !Tristar™db-Hôtel™ ****OVER 9000 !! ! ! 1 (7 votes, average: 4,86 out of 5)

Dans la nuit du 20 au 21 Janvier avait lieu un petit épisode neigeux apportant entre 1 à 15 cm de neige dans le Var et l’est des Bouches-du-Rhônes. Marseille n’en est pas en reste avec des précipitations neigeuses jusqu’au centre ville, tenant sur les toîts et les voitures, et un peu sur le sol.

A Luminy, le neige a mieux tenu. Mais elle a transformé. En effet, les températures étant légèrement positives au moment des chutes de neige, celle-ci a fondu superficiellement. Le ciel s’est ensuite rapidement dégagé en milieu de nuit favorisant une chute des températures et donc le gel de cette neige en train de fondre. Résultat : une neige croutée et du verglas.

Je passais la matinée à faire des clichés à Luminy, dont les collines sont bien blanches.

A droite, le Mont Puget, qui retrouve un manteau neigeux qu’il n’avait plus arboré depuis le fameux épisode du 7 Janvier 2009.

En milieu de journée, les températures sont remontées faisant fondre le peu de neige qu’il y avait. Cela dit, de nombreux recoins conservaient un peu de blancheur.

A 14h, je décidais d’entreprendre quoi ? Vous devez commencer à avoir l’habitude : ascension du Mont Puget pour voir ce qu’il en retourne. Car si en bas la neige fait grise mine, en haut, ça va mieux.

Jugez plutôt :

Rapidement, je renoue avec la neige. Et celle-ci n’est déjà plus croutée. Elle est plus poudreuse. Ici, il y a 3 cm, et nous sommes à environ 220 m d’altitude. A droite, le Mont Puget, déjà plus proche.

Je parviens sur le chemin que j’appelle du « 1er niveau ». 4 cm à cet endroit. Et neige un peu plus légère. Entre 250 et 300 m.

J’arrive à un embranchement pour le « 2nd niveau », à 300 m. Neige un peu plus importante, avec 5 cm. Le contraste entre mer et neige est toujours saisissant.

Je continue ma route le long du chemin. La tenue sur la végétation est meilleure.

360 m. La neige recouvre désormais le chemin. Et il y en a 6 à 7 cm.

Et puis je commence à grimper via les éboulis, un chemin qui mène entre paroi et candelle. Chemin plutôt court, mais très raide.

Les quantités de neige ici deviennent impressionnantes. Il y a environ 8 cm. Je suis à 440 m environ.

Vue en direction du sommet. Paroi à gauche et candelle à droite. Ça devient carrément alpin !

Le bord du plateau n’est plus très loin. Pratiquement 500 m et toujours 8 cm de poudreuse bien fraîche. A droite, le sommet.

Là-haut, il y a 10 cm de neige. Selon les endroits cela dit. Car le vent a fait son travail et à sculpté l’Or Blanc en de multiples congères.

Aller au sommet du Mont Puget est quelque chose que je regrette de ne pas avoir fait le 7 ou le 8 janvier 2009. Je suis -en partie- comblée avec cette expédition.

L’impression d’avoir été transportée en zone montagneuse est très vive avec cette neige. Les congères mesurent entre 30 et 40 cm.

Mais la présence de la Mer Méditerranée et le paysage familier me rappellent que je suis à Marseille.

Plantons la règle quelque part au hasard. 15 cm ! La Provence, c’est ça aussi…

Je continue à crapahuter sur le sommet, mitraillant avec mon apn.

Les couleurs du couchant se révèlent. Je fais quelques clichés « intimes » de cette neige. Des paysages miniatures se dévoilent.

Je rentre au crépuscule, par un vallon orienté Nord. La neige y est tout bonnement la meilleure. Je marche sur un chemin qui a une couche de 12 cm.

Je reviens en ville, un peu épuisée par cette folle escapade sur ma montagne favorite, dont le paysages est magnifié par cette neige. Et parait-il que la semaine prochain il pourrait se remettre à neiger…

EDITH  : ajout d’images prises lors de mon retour au Mont Puget le 22 Janvier

Je fais pratiqument le chemin en sens inverse de la dernière fois. J’arrive aussi un peu plus tard, sur les 16h20 environ. Je passe par la voie Nord, via de nombreux lacets à fleur de colline. La neige est intacte, toujours aussi poudreuse. Par contre, sur l’adret (si l’on peut dire ainsi) c’est un vrai massacre : tout à fondu.

Je pénètre dans le vallon exposé au Nord, qui est tout simplement plâtré, avec 7 à 8 cm de poudreuse. Celle-ci n’a pas bougé d’un poil, à peine tassée. Un régal pour la marche.

Le sommet est de nouveau en vue après avoir contourné un rocher par son flanc Nord. A droite, un coup d’oeil septentrional.

Toujours ces micro-paysages composés par la neige et le vent. Des collines, des vallons, des arbres…

J’arrive pile poil au bon moment : le coucher du Soleil. Les teintes de feu parent la neige de couleurs flamboyantes. Au loin, les îles de l’archiel du Riou.

Panorama au sommet. La Mer Méditerranée, la neige, le massif des Calanques. Pincez-moi : suis-je en train de rêver ?

Je dis adieu à cette neige, dans le Couchant. Je laisse une dernière trace là-haut.

Le Mont Puget, cette machine à rêve.

10 réponses sur “Neige à Marseille du 21 janvier : passage sur le Mont Puget”

  1. Bon, forcément quand j’ai appris qu’il avait neigé aux environs de Marseille, j’ai de suite pensé à toi… Puisque soit, tu n’avais vraiment, mais alors vraiment pas bol et tu échappais encore une fois et de peu à l’épisode neigeux, ce qui t’aurais à coup sûr valu un état dépressif sévère bah ui à force…), soit évidemment, tu allais te régaler même du peu et nous faire un méga reportage ! Deuxième option ! Visiblement l’ascension du MP était l’activité idéale pour tes photos, elles sont très jolies, et je me suis bien amusée à voir que pour certaines tu avais dû frôler de très près la « poudreuse » quitte à mettre quasiment le nez dedans avec pour prétexte la photo. Etrangement pour ces clichés de très près, je me demande si exceptionnellement la posture que tu as du prendre pour les réaliser ne t’ont pas procurée autant de plaisir que la photo elle-même ! D’ailleurs le nombre de photos que tu nous propose semble proportionnel au contentement qui a dû t’animer !
    C’est vrai que ça a l’air joli, Marseille sous la neige…

  2. vous avez beaucoup de chance d’en avoir car chez moi dans l’herault il y en a pas j’avoue que tes cliché son plutot merveilleux et ta montagne bien choisi je ouhaite pour toi qu’il reneige la semaineprochaine
    merci beaucoup encore pour les clichés.

  3. Très joli reportage et vraiment évocateur de l’amour de la neige , de la région et de la nature, simplement

    bravo!

    allez dans qq jours tu remets ça !!!

  4. Merci à tous pour vos commentaires 🙂

    Lilas : l’option 2 est en effet l’option que j’aurais préféré, car la 1, très peu plaisante. En tout cas oui, comme tu le vois, j’ai pris un plaisir infini à faire ces clichés, c’était vraiment délicieux de se rouler dans le neige pour photographier au plus près la neige. Quelque chose d’unique, de physique avec ce matériau à la blancheur immaculée. Donc quelque part les photos près du sol étaient un prétexte en effet à se mettre DANS la neige ! Bien vu donc ;). J’y suis revenue aujourd’hui, je posterai le photos demain.

  5. Bravo Damia et merci pour ce magnifique reportage. Ces photos, comme toutes les autres expriment parfaitement l’amour que vous portez au Mont Puget.
    Cela fait d’ailleurs des années que je me régale de vos images du si majestueux Mont Puget, l’été, la nuit, sous les nuages, éclairé par la lune etc etc
    Pour avoir effectué plusieurs séjours à Luminy en bas à l’entrée de la route des facs , je connais parfaitement (ou presque ) ces quartiers, cela me rappelle de beaux souvenirs :Valmante, Gineste, la tristesse l’année de l’incendie vallon Gineste, calanques, plus loin Cassis, Carnoux . . .
    J’avais eu un petit pincement une période où vous étiez exilée ( NL ) j’avais pensé plus de photo de Mr. Puget et puis le retour ouf !
    Bravo Damia, bravo d’exprimer clairement ce que vous ressentez, bravo de partager généreusement, J’aime aussi votre Mont Puget, vous véhiculez du positif, c’est rare. Que tous mes Plus Sincères Voeux vous accompagnent pour 2011 et . . . continuez à réjouir nos yeux et nos coeurs.
    MERCI

    1. Michel, un grand merci pour ce commentaire qui me touche vraiment.
      En effet, je suis littéralement tombée amoureuse de cette montagne -car elle mérite amplement cette dénomination tant elle offre à rêver, à explorer, à s’émerveiller- depuis presque le début de mon contact à Luminy. Cette montagne m’a laissé une impression visuelle très forte il y a 6 ans lorsque j’ai fait le concours d’entrée à l’ESBAM début Mai 2005. Mes yeux se sont mis à escalader le fil des collines pour parvenir au sommet de LUI. Et déjà, je me prenais à rêver d’orages merveilleux descendant la falaise, de nuages s’y accrochant, s’y effilochant. Et puis les premiers contacts physiques, lors de mes 2 premières tentatives pour accéder à son sommet sans succès. Ce n’est que la 3ème fois que j’ai pu trouver le bon sentier. Et là-haut, ce sentiment grisant d’être ailleurs, qui a définitivement scellé mon amour pour cette montagne. Pour d’autres ça n’est juste qu’un tas de roches insignifiant, mais pour moi c’est une formidable « machine à rêver » comme je le dit souvent.
      Je compte bien, quand les températures seront plus clémentes, y bivouaquer. Passer la fin de la journée là-haut, le crépuscule, puis ensuite la nuit étoilée, se finissant par l’aurore et le lever du jour. Ce que ça serait bon !

      Donc encore un grand merci pour votre commentaire Michel. Je vous souhaite à mon tour mes meilleurs voeux pour 2011.

  6. Bravo pour ces magnifique photos… C’est comme si j’y était par moments… J’espère qu’il reneigera jeudi, vendredi même si la tendance est a la pluie…

  7. du massifje m’appelle Marc et je suis un grand fan des callanques et de son massif et un grand bravo pout tes photos Damia ,je fais egalement des photos du massif et je peux dire qu’il n’y a pas grand chose a redire ,les photos sont TOUTES exellentes et encore merci pour ce vrais bonheur et bonne continuation.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.