Sampling Rochette

0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 (0 votes, average: 0,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.

Titre simple : échantillonner Rochette. Mais on échantillonne quoi ? Et qu’est-ce que Rochette ?

Alors Rochette est une roche (sic) visitée par le rover Perseverance, et ayant été la première à avoir été prélevée avec succès par une foreuse (un forêt creux, assez identique au matériel des géologues). Le but ? Préserver ces échantillons dans des tubes étanches, stériles et tout, pour que -plus tard- un rover dédié vienne les récupérer pour un retour sur Terre. Deux échantillons parce que c’est mieux à deux. La véritable justification je la connais mais trop longue et fastidieuse, alors que vous voulez des images.

Donc boum, autoportrait réalisé au Sol 198 par Perseverance, près du rocher Rochette (alouette), alors que le rover est au Sud d’une dépression nommée Seitah.

Simple title : Sampling Rochette. But sampling what ? And what is Rochette ? And where is Rochette ? I have better : WHY is Rochette ?

So, Rochette is a rock (yup) visited by Perseverance rover, and was the very first successful drilled&sampled rock, with a drill (something quite similar to those used on Earth by geologist). The goal ? To preserve these samples in sealed metallic tubes, until an other rover will take ’em to send them back to us. Two samples because well… why not ? Listen, the true justification, I know it but it’s long and complex, and you just want pictures.

So, boom, self portrait taken on Sol 198 by Perseverance, near Rochette rock, while the rover is south a place named Seitah.

Le rover Perseverance, vu de 3/4, regardant un rocher gris percé de deux trous. D'autres roches entourent le rover, à sa gauche derrière lui les traces de roues témoignent de plusieurs manœuvres. Au loin, horizon légèrement ondulé, et ciel dégagé.

Version pleine-résolution (7835×7835 px – 12.3 Mo)

Heading Maria Gordon Notch

0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 (0 votes, average: 0,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.

[Français ici – English below]

Curiosity a quitté le cadran Notron, et quitte donc la Dordogne pour aller en Ecosse, et gagner un nouveau cadran nommé Torridon. Ici, les roches seront nommée à partir de localités de cette région. La route empruntée par le rover va l’amener sur le fronton Greenheugh, mais avant, il va devoir passer par un véritable goulet d’étranglement naturel, que l’équipe en charge de la mission a nommé Maria Gordon. Il s’agit d’une entaille dans la roche (en anglais « notch »).
Sur ce panorama, enregistré au Sol 3225 (le 1er Septembre 2021) par la Mastcam34, l’entaille Maria Gordon est visible à droite du panorama, dans le prolongement de l’ombre du mât des caméras du rover, sur l’horizon. Le front Greenheugh est quant à lui visible sur la gauche du panorama.

A propos de ce panorama, la version pleine-résolution est disponible sur Marsrovers Images, et cette carte postale intègre un ciel reconstruit à partir du ciel existant sur les images.

Enfin, Maria Gordon était une géologue et une paléontologue britannique, très productive, notamment sur le sujet de la formation des montagnes, qui seraient en fait des soulèvements tectoniques. L’avenir lui donnera raison. Elle était aussi une féministe et avait une vie politique active.

Curiosity has left the Notron quadrant, and by doing so, leave the Dordogne to reach Scotland and a new quadrant named Torridon. Here, the rocks are going to be named after localities from this place. The road taken by the rover is conducting it to climb over Greenheugh pediment, but before, it will go through a notch in the rocks, quite small, named Maria Gordon. On this panoramic taken on Sol 3225 (1st of September, 2021), Maria Gordon Notch is visible on the right, following the mast assembly shadow to the horizon. Greenheugh pediment is visible on the left part of the panoramic.

About this panoramic, the full resolution is available on Marsrovers Images, and this Postcard is filled with a reconstructed sky from sky areas existing on the original images.

Finally, Maria Gordon was a geologist and a paleontologist, very productive, especially on the fields of mountains formation, saying they were formed by tectonic activity. And she were right. Also, she was a feminist, and was politically active.

Panorama couleur de Mars. Le Soleil est bas sur l'horizon, les ombres sont étirées en direction du Soleil. De nombreuses collines sont visibles depuis le centre vers la droite, mais son moins nombreuses à mesure que l'on va vers la bordure droite. Un pic rocheux plus clair est sur l'horizon juste avant le bord de l'image. Au centre gauche, l'horizon va loin, on distingue une barrière montagneuse dans le lointain et la brume atmosphérique. Puis, en allant vers la gauche, le regard butte sur une falaise rocheuse au sommet arrondi. Le sol est globalement lisse, avec de nombreuses craquelures. Le rover n'est présent que par morceaux, le reste de son corps n'étant pas intégré à la mosaique. On peut voir le bras robot déployé et posé sur le sol rocheux lisse à droite en bas, et un peu plus à droite, l'ombre du mât des caméras

Version pleine-résolution (14 485 x 4500 px – 13,3 Mo)

 

Sunrise at Jezero

0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 (0 votes, average: 0,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.

Sol 177, le commencement d’un nouveau Sol sur Mars, au cratère Jezero, où siège le rover Perseverance. Notez le halo bleuté autour du Soleil levant (surexposé ici). La carte postale ci-dessous est une projection rectilinéaire d’une image plus grande, trouvable ici.

Sol 177, the start of an other Sol on Mars, at Jezero crater, where Perserverance rover journey is happening. Notice the blue haze around the -overexposed- rising sun. The postcard bellow is a rectilinear projected version of a much bigger picture, which is here.

Coucher de soleil martien dans des teintes métalliques, l'horizon se découpe nettement, droit comme l'horizon maritime. Seul à droite on trouve une colline allongée

 

Le Périgord Martien

0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 (0 votes, average: 0,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.

Curiosity traverse une zone du cratère Gale, sur les flancs de la montagne Sharp, où les scientifiques nomment des affleurements rocheux, des rochers, et d’autres éléments du paysage immédiat, selon des noms de localité majoritairement périgourdines. Le paysage qui s’offre à nous est stupéfiant, incroyable, varié et valloné. Un peu comme quand on s’enfonce dans le Périgord Noir et que nous découvrons les falaises de La-Roque-Gageac. Ce Périgord qui m’est si familier, car j’y suis née et y ait passé une bonne partie de ma vie.
Cette carte postale colorisée, prise avec la Navcam de Curiosity au Sol 3188, issue d’un panorama plus large, est un peu quelque part l’ajout d’un autre trait d’union entre Mars et le Périgord. Une autre passerelle…

Curiosity is travelling an area of Gale crater, on the flanks on Mount Sharp, were the scientists are naming outcrops, rocks, and other features, with a majority of perigordian places and cities (mostly villages). The landscape that is before our eyes is gorgeous, astounding, contrasted and bumpy. Pretty much like when we goes into Périgord Noir (there is 4 « Périgord » : the white, the green, the purple and the black, this last one is famous for its ancient middle-age castles) and we are discovering the cliffs of La-Roque-Gageac. Périgord is so familiar to me because I was born there, and spent most of my life there.
This Postcard colorized from a Navcam panoramic taken on Sol 3188, is somewhat an other bridge beeing put between Mars and Périgord.

Une vue martienne depuis l'intérieur d'un vallon, avec de hautes falaises à gauche et une série de collines et une montagne à droite. Au loin, la plaine martienne.

Mars vue du ciel

0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 (0 votes, average: 0,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.

J’avais énormément sous-estimé le potentiel de ce drone embarqué par le rover Perseverance. Ce drone nommé Ingenuity. Qui embarque deux caméras, l’une en noir et blanc et possédant une faible résolution (640×480 px mais un fort taux de rafraichissement) et l’autre en couleurs en haute résolution (4208×3120 px). C’est donc avec forte curiosité que j’ai regardé ce que je pouvais faire avec. Finalement, j’ai pu trouver un bon équilibre des couleurs, le dévignettage (un enfer…) est assez bien et la correction géométrique aussi. Du coup, hop, ma première Carte Postale martienne, depuis le ciel ! Prise au Sol 133, et on doit être à une dizaine de mètres d’altitude, pour un vol de plusieurs centaines de mètres.

I had largely underestimated the potential of this drone shipped with Perseverance rover. This drone named Ingenuity. Which carry two cameras, one in black&white in a low resolution (640x480px but with a good framerate) and the other one, in color, high res (4202×3120 px). This is with a strong Curiosity that I looked over them, guessing what’s what. Finally, I found a good color balance, devignetting (the hell…) is pretty good, as the geometrical correction. And so, my first martian Postcard, from the sky ! Taken on Sol 133, ten meters above for a hundreds meter flight.

A picture from Ingenuity drone, showing the martian landscape from a few meters above the ground. We can see dunes, some boulders, and on the horizon, some hills

Eclipse partielle de Soleil 2021

0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 (0 votes, average: 0,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.

Ce 10 Juin se produisait une éclipse annulaire de Soleil entre Canada et Pole Nord. La France se situait dans la zone dite de pénombre, où l’éclipse était partielle. De ma position, à Bergerac, l’occultation était d’environ 18%. Pas très spectaculaire mais toujours intéressant à observer (et immanquable pour une friande d’éclipses comme moi). L’occasion de mettre à profit mon matériel avec un filtre solaire tout neuf, en Astrosolar. Et de faire les images les plus résolues d’une éclipse solaire que j’aie jamais faites.

Voici la planche en chapelet de cette éclipse, dont le portrait a été tiré toutes les 10 minutes. Le maximum est au milieu.

Plusieurs disques solaires, échancrés par la Lune, de plus en plus vers le milieu, et de moins en moins vers la droite

Et ici, en meilleure résolution, le moment du maximum. Avec un diamètre de 200mm, je peux bien voir la granulation solaire, ainsi que quelques tâches et des facules. Notez également la bordure irrégulière de la Lune, correspondant à ses reliefs accidentés.

Disque solaire dont la partie gauche est partiellement masquée par le disque lunaire dont le rebord est un peu irregulier. La surface du Soleil est d'aspect granuleux, avec un petit groupe de tâches vers le milieu. Quelques zones plus claires, comme des déchirures, correspondent à des facules