Juin 2020

(OH NON TU NE LE PAS)Check my doubles !Tristar™db-Hôtel™ ****OVER 9000 !! ! ! 1 (3 votes, average: 3,67 out of 5)

Orages, occultation, NLC (oui oui…). Voici le mois de Juin 2020 depuis Bergerac.

Occultation de Vénus par la Lune • 19 Juin

Le Vendredi 19 Juin devait se produire une occultation de Vénus par la Lune. Dans des circonstances un peu compliquées : le Soleil serait déjà levé, la Lune et Vénus à proximité de celui-ci. Il devait me falloir être prudente, car je comptais utiliser mon 200/1000.

Donc je met le matériel en place, depuis le petit balcon qui donne sur le Sud. Pointage peu aisé mais j’y parviens finalement.

Télescope noir sur une monture blanche, dirigé vers le ciel bleu

Je place mon 70D au foyer, et je commence les photos. Ça va être rapide, et ça va pas forcément bien donner.

Croissant de Lune peu contrasté sur fond bleu, et croissant de Vénus très lumineux, en bas à gauche tout contre le croissant lunaire

Puis Vénus se met à disparaître.

Continuer la lecture de « Juin 2020 »

Noctulescent Clouds on Mars

(OH NON TU NE LE PAS)Check my doubles !Tristar™db-Hôtel™ ****OVER 9000 !! ! ! 1 (2 votes, average: 5,00 out of 5)

Au Sol 2417 (25 Mai 2019), Curiosity a tourné ses caméras sur le ciel, pour capturer des nuages qui n’avaient jamais vraiment été observés sur Mars. Des nuages noctulescents.

J’avais, à l’époque, réalisé l’assemblage à partir des images jpeg immédiatement disponibles. Voici le résultat :

On Sol 2417 (May 25. 2019), Curiosity pointed her cameras toward the sky in order to catch clouds never really observed on Mars. Noctulescent clouds.

I had back in that time stitched the panorama from the jpeg pictures available then. Here is the result : 

Mais bon, bien qu’assez bon, le résultat n’est pas impeccable. Il m’a fallu beaucoup de travail sous Hugin pour que les images fusionnent bien entre elles.

Le temps passe et les images du Planetary Data System furent disponibles. J’ai pu enfin les travailler pour obtenir un résultat plus appréciable, que voici.

But, whereas quite good, the result is not clean. I had to work the frames quite a bit to have a seamless panoramic.

Time’s passing. Pictures from Planeteray Data System are available. I finally had the occasion to work them to give a better result, see bellow.

La différence est sensible, avec des détails plus fins également. Mais je ne pouvais pas m’arrêter là, et j’ai fait une version colorisée, dont les couleurs ont été prélevées sur diverses images, dont un jeu d’images Mastcam réalisées sur d’autres NLC.

We can catch the differences, with finer details. But, I couldn’t stop there, so, I made a colorized version, using various image like a set of Mastcam pictures taken on other NLC.

NLC sur Mars – Sol 2410

(OH NON TU NE LE PAS)Check my doubles !Tristar™db-Hôtel™ ****OVER 9000 !! ! ! 1 (No Ratings Yet)

Des NLC (Nuages Noctulescents, ou NoctuLescents Clouds) sur Mars ? Visiblement, oui. Avec un Soleil situé apparement assez bas sous l’horizon (-6° environ), il est impossible que ces nuages aux teintes électriques puissent être visibles si ils étaient situés dans la basse atmosphère martienne. Donc, ceux-ci doivent être situés à environ 100km d’altitude, leur permettant de refléter les derniers rayons du Soleil. Comme nos nuages noctulescents terrestres.
Je n’aurai jamais imaginé un jour traiter des images de Mars, ici, de la sonde Curiosity, contenant ces nuages, que j’ai chassé à Rotterdam à plusieurs occasions.

Ci-dessous, le panoramique crépusculaire de ces NLC, en version noir et blanc, et avec une tentative de colorisation, avec quelques données colorimétriques que j’avais (couchers de Soleil, crépuscules…).

NLC on Mars ? Apparently, that is the case. With a Sun located quite low behind the horizon (about -6°), it’s impossible that those electric-colored clouds would be visible if there were in the low atmosphere of Mars. So, these ones have to at a pretty high altitude, about 100km, so they can catch the last solar rays. Like our noctulescents clouds.
I would never imagine on day processed pictures, from Mars, Curiosity, contains these clouds, whose I chased at Rotterdam at a few occasions.

Below, the black and whit panoramic, and an attempt at colorization, with a few of color datas that I have (mostly from sunset and twilight pictures).

En orbite autour de la Terre II

(OH NON TU NE LE PAS)Check my doubles !Tristar™db-Hôtel™ ****OVER 9000 !! ! ! 1 (1 votes, average: 5,00 out of 5)

Et cette fois-ci depuis l’ISS.

Car j’avais fait ceci.

Evidemment, je ne suis jamais montée à bord (!). Cela dit, je suis tombée il y a quelques jours sur ce site magnifique :

http://eol.jsc.nasa.gov/

Il catalogue toutes les photos prises par les astronautes à bord de la station spatiale depuis qu’elle est mise en service. Il y en a de toutes les sortes, et pour les sujets les plus inattendus. Il faut dire que le spectacle de la Terre vue depuis l’orbite, à environ 450 km, doit être sans cesse renouvelé. 16 couchers et levers de Soleil par jour…  La planète défile sous le regard, des nuages la recouvrant, dans la mince pellicule atmosphérique, si délicate. Oui, le spectacle doit être de toute beauté.

Depuis ce site, j’ai récolté quelques images que je trouvait vraiment bien, et que j’ai décidé de traiter comme si c’étaient mes propres photos. Par contre, j’ai conservé les mentions de la photo dans le petit bandeau blanc.

Je commence tout d’abord avec cette vue montrant une partie de la Provence, vue dirigée vers le Sud, consistant en l’assemblage de deux vues. On peut parfaitement distinguer la côte Méditerranéenne ainsi que l’Etang de Berre. Marseille est également discernable. Nous pouvons nous amuser à retrouver des sommets comme la Sainte Baume, la Sainte Victoire, le Luberon, etc.

Partons sur le reste du globe avec ces quelques vues du limbe terrestre.

Ici un rémanent de cyclone tropical. A droite, la Lune se couche, tandis que des cellules orageuses éclatent en avant plan. On peut constater à quel point l’astre lunaire est terne comparé à la Terre.

Continuer la lecture de « En orbite autour de la Terre II »

NLC le 18 Juillet – toujours du bonheur !

(OH NON TU NE LE PAS)Check my doubles !Tristar™db-Hôtel™ ****OVER 9000 !! ! ! 1 (1 votes, average: 5,00 out of 5)

Cela commence toujours de la même façon : tout d’abord une rumeur à l’Est. Serait-ce nos yeux qui nous jouent des tours ? Seraient-ce des jeux de contrastes sur les couches de brumes ? L’aurore n’est pas encore arrivée, et déjà la rumeur se fait de plus en plus présente.

Puis les prises de vue de l’appareil photo confirment la rumeur qui devient réalité tangible. Et puis les choses semblent s’emballer. Il fait toujours nuit, et les nuages noctulescents sont déjà là !

A partir de là, tout peut être possible. Vont-ils provoquer une véritable éruption de filaments électriques ? Vont-il s’estomper trop vite ? Vont-il irradier à l’horizon ?

La réponse ne tarde pas à se faire connaître. Dans l’aube naissante, les voiles gagnent en intensité. Et ils se parent de subtiles dentelles.

Le spectacle au dessus des tours de verre et d’acier est sublime. Je prend un panorama à haute-résolution sur les voiles diaphanes.

Le noeud du spectacle se déroule à ce moment là. Cet instant où la lumière solaire illumine avec force les nuages noctulescents, et que l’aube n’est pas encore trop insistante.

Mais cette dernière arrive, inéluctablement.

Des draperies déchaînées résistent encore. Je reste comme hypnotisé par elles.

Oui, il est temps de rentrer. Les NLC tirent leur révérence au dessus du centre urbain.

Les Voiles Merveilleux étaient là [NLC le 16 Juillet 2010]

(OH NON TU NE LE PAS)Check my doubles !Tristar™db-Hôtel™ ****OVER 9000 !! ! ! 1 (2 votes, average: 5,00 out of 5)

3h du matin. Si au moins ce métro pouvait être ouvert à cette heure-ci ! Mais non, il faut que je marche, durant 3 kilomètres afin de parvenir au point de vue Ultime. L’endroit où j’espère obtenir LE cliché. Je crois prendre un raccourci, mais en fait il me fait perdre du terrain. Je parviens toutefois à l’Erasmusbrug. Je jette un oeil en direction de l’Est, là où tout doit basculer. Et le contact est brutal. Entre les tours de béton, d’acier et de verre, des ondes diaphanes, aux lueurs électriques. ILS sont là. Les NLC…

Je m’immobilise un temps sur l’Erasmusbrug. Je prend ce panorama que j’aurais voulu prendre l’an passé, tant qu’il était encore temps. Le Willemsbrug est visible, enjambant la Maas. Et au dessus, l’objet de tous mes désirs…

Je gagne une structure située un peu au dessus du quai situé à l’Est de l’Erasmusbrug. Vision insolite d’une ville ultra-moderne surmontée de nuages surréels.

Les anges qui m’avaient enivrés l’an passé sont là de nouveau, à tisser la toile céleste. Je peine à en croire mes yeux.

Un tout petit peu plus tard. La structure semble comme immuable, suspendue dans le temps et le vide presque spatial de la mésosphère.

Pour la tour de droite, c’est sans doute un spectacle inédit car elle s’est érigée sur le sol de la ville en quelques années. Je me souviens encore des grues qui s’élevaient en cet endroit l’an dernier.

Et puis l’aube devient de plus en plus insistante. Je le sais, cela conduira à la disparition progressive de ces nuages noctulescents.

Des voiles résistent encore en direction de ce pont métallique.

Une dernière série de clichés pour composer le dernier panoramique de cette folle fin de nuit.

Sur le chemin du retour, je me pose la question si je n’ai pas finalement rêvé tout ça.

Les NLC, ou le rêve éveillé…