In other words

0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 (0 votes, average: 0,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.

English version after

Donc, le 18 Février dernier, se posait Perseverance. 9 ans plus tôt, en Août 2012, se posait Curiosity. Qu’est-il advenu de moi depuis ce temps ? Je ne parle pas de ma personne, de mon intimité, je parle de mon travail, de sa reconnaissance. Et de constater que contrairement au rover Curiosity, je n’ai pas vraiment évolué par rapport à mon site d’atterrissage, en 2005, quand Marsrovers Images a commencé.

Je vais donc utiliser comme marqueur, comme révélateur, le réseau social Twitter. J’ai joint ce réseau en Avril 2010, avec l’intention de communiquer sur mon travail, sur les images que je compose avec les données des Mars Exploration Rover. Un outil de communication, supplémentaire au blog. Démarrage du compte un peu confidentiel, mais une évolution plutôt constante. Je vais prendre comme outil de mesure le nombre de gens qui m’y suivent (followers). En 2013, mon prénom change et c’est l’occasion de sortir du placard. Je plafonnais à environ 200 followers. Le « 1K » followers je ne le franchirais que quelque part au début de 2018. Et le « 2K », en 2020.

Maintenant, prenons le compte d’un collègue, qui possède la même démarche que moi, produit à peu près les mêmes choses. Arrivé en 2011 sur Twitter. Actuellement possède 4400 followers.
Un autre, arrivé en 2016. Un an après son arrivée, il possède déjà 2K followers. Actuellement, il est à 23 K.

Je pourrais aussi prendre en exemples les partages, la visibilité numérique, et d’autres indicateurs.

Où est-ce que je veux en venir ? Simple : que ce que je vis c’est le sort réservé à bon nombre de femmes. Une reconnaissance moindre de leur travail par rapport à celui de leurs collègues masculins. Et ceci, je ne le sors pas de mon imagination, je ne l’invente pas. Je vous recommande chaudement la lecture de cet article (en anglais) :

https://www.insidehighered.com/news/2019/10/15/women-have-about-half-followers-men-twitter-and-otherwise-diminished-influence

Cette étude a conclu, globalement, que les femmes sur Twitter comptaient moins de suivis, de partages et de favoris que leurs équivalents masculins. Cette étude d’abord concernait uniquement les femmes travaillant dans le domaine médical académique, mais il se trouve que tous un tas d’autres champs sont touchés. Aussi, il ne me paraît pas invraisemblable que cela puisse aussi toucher le milieu, très restreint, de l’imagerie spatiale « amateur ».

Retour sur ma propre expérience.

Cela fait donc depuis 2005 que je fais ce travail, de longue haleine, sur les images envoyées par des rovers, mais aussi des atterrisseurs et des satellites. Je suis exigeante dans ce travail, je ne publie que ce que j’estime être digne d’être montré. Ce travail est compliqué car, même si l’infographisme est une chose que je sais faire, quand cela implique des images brutes, du traitement en masse (ex : mettre en couleurs des images à matrice de Bayer), je me confronte au problème de devoir écrire des scripts, alors que je suis mauvaise en mathématiques, en code. Je dois aussi faire des concessions par rapport à mon matériel, qui est daté (l’ordinateur que j’utilise date de 2014). Cela rends les choses difficiles quand il s’agit de montrer de grosses productions tels que d’immenses panoramiques couleurs avec ciel de synthèse. Mais j’y parviens. Je fais les choses.
Depuis 2005 donc, ce sont des centaines d’images produites. Un travail considérable. Et le bilan est amer quand je constate que la reconnaissance en retour est faible. Je ne suis pas celle qu’on invite à des conférences sur Mars ou bien Vénus. Je ne suis pas celle non plus à qui on va rendre suite quand, une fois, on lui donne à voir de près le laboratoire français qui travaille en collaboration avec le JPL. Je ne suis pas celle à qui l’on va proposer des solutions pour transformer ce travail en salaire.
Amer est le constat quand, 16 après, j’ai toujours la sensation d’être une débutante, pas vraiment intégrée au sein de cette petite famille qu’est le monde du traitement d’images spatiales.

Oui, cela me met un sérieux coup au moral et à ma motivation pour continuer quand je vois que le travail de mes confrères est plus partagé que le mien alors que j’y met beaucoup de moi-même, et que j’ai un gros niveau d’exigence, et que je sais que mes productions sont meilleures, même si j’ai encore un gros syndrome de l’imposteur (impostrice ?).

Si je me restreint à la France, mon travail n’aura pas vraiment intéressé. Je n’aurais eu qu’une seule interview, et elle date de 2009. Depuis, rien. Le seul évènement public auquel on m’a invitée, c’était à un livestream sur la chaîne d’un planétarium il y a moins d’un mois. Le seul.

Rendez vous compte que j’ai du masquer sur Twitter le seul collègue masculin français qui fait le même travail que moi, parce que j’ai fini par me rendre compte que cela m’empêchait de faire mon propre travail, que cela avait fini par avoir un impact sur ma santé mentale, au point même que j’ai du faire une pause de plus d’un an. Ce même collègue que j’ai aidé à multiples reprises pour qu’il puisse avancer dans ses débuts. Où est passé tout ceci ? Je l’ignore.

En conclusion, depuis des années j’assiste impuissante à tout ça, en silence. Cela ne pouvait plus durer, et en ce jour du 8 Mars, Journée Internationale pour les Droits des Femmes, il fallait que j’extériorise tout ça.

Merci de m’avoir lue.

Damia.

[English version]

So, this last 18th of February landed Perseverance on Mars. 9 years ago, in August 2012, landed Curiosity. What happened to me since then ? I don’t speak about my self, my intimacy, but about my work, about its recognition. And to make the observation that, contrary to Curiosity rover, I didn’t evolved so much regarding my own « landing site », in 2005, when Marsrovers Images began.

I will use as a marker, as an indicative, the social network Twitter. I joined this network in April 2010, with the intent of communicate about my work, the images I make with Mars Exploration Rovers datas. A supplementary communication to my blog. Starting confidentially, but a pretty constant evolution. I will use as scale the number of followers I get. In 2013, my name changed, and I came out of the closet. I was about at 200 followers? The « 1K » followers was in 2018. And the « 2K » in 2020.

Now, lets take the account of a male colleague, which is doing the same thing as me. Came in 2011 on Twitter. He’s having now 4400 followers.
One other, came in 2016. One year after, 2K followers. Now, 23K.

I could also take in examples sharings, visibility and other thing.

Where do that taking us ? Simple : what I’m living is what’s happening to a good number of women. Fewer recognition of their work in regard of their male coworkers. And this, I don’t invent it. I strongly recommand this reading :

https://www.insidehighered.com/news/2019/10/15/women-have-about-half-followers-men-twitter-and-otherwise-diminished-influence

This study concluded that, globally, women on Twitter get less followers, share and likes that their male equivalent. This study was first about women in medical acedemics, but it is found that other fields are concerned. So, it appears that the very closed field of « amateur » space imagery is having this same phenomenon.

Back on my own experience.

It’s been since 2005 I’ve been doing this work, on pictures sent by rovers, but also landers and orbiters. I’m pretty exigent about my work, I only published what I deemed to be published. This is a hard work, because if graphic design is my thing, something I know how to do, when it comes to raw images, mass processing (ex : put in color a batch of bayer pictures), I confront myself in the problem of writing scripts, while I’m not very good with numbers, with coding. I also have to make concessions because of my hardware (the computer I use date from 2014). This gets things complicated when I have to show big color panoramics with a reconstructed sky. But I get there. I do the things.
So, since 2005, it’s hundreds of pictures. A massive work. And the results are bitter when I see that recognition is low. I am not one of these to get invited to events on Mars or Venus. I am not one of these who get follow-up after getting invited in the only place in France which is working with the JPL. I am not one of these we talk about solutions to transform this work into salary.
Bitter is the observation when, 16 years later, I still have this feeling to be a beginner, not really integrated in this little family that is the world of space imagery processing.

Yes, it is affecting my morale and my motivation to continue when I see that my male coworkers job is more shared than mine, while I put so much in this, with a high level of quality, and I know my productions are very good, even if I still have a big impostor syndrome.

If I closed to France, my work didn’t interest that much. I had only one interview, and it’s dating 2009. Since, nothing. The only public event I even made was a livestream by a planetarium, one month ago. The only one.

I even had to mute on Twitter the only person in France doing the same thing as me, because I came to the conclusion that it was affecting my work, it had a impact on my mental health, to the point I had to make a one year break. This same colleague which I helped multiple time to understand how to begin. Where is all of this ? I don’t know.

In conclusion, since many years I witness, powerless, all of this, silently. This couldn’t go further, and in this 8 March, the International Day for Women’s Rights, I had to get all of it out of the box.

Thanks for reading me.

Damia.

200/1000 – Première lumière

1 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 5 (1 votes, average: 5,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.

Ah mais oui, je ne vous avait pas dit mais : j’ai DE NOUVEAU UN TÉLESCOPE ! Parce que je ne vous avait pas dit, ou à demi-mots, que mon ancien fidèle 130/900 sur Sky View Pro bah… la personne qui m’hébergeait à Marseille avait décidé de s’en débarrasser. Voilà voilà.
Je prends enfin ma revanche sur 7 ans d’absence d’instrument astronomique de qualité, en passant au diamètre supérieur : 200mm. Oui parce qu’au bout d’un moment hein. Le tout sur une EQ5, qui est assez identique à la Sky View Pro, toute aussi robuste. J’ai un porte-oculaire Crayford 50mm avec démultiplication sur le machin là (oui, le truc là, le bitonio).

BREF, après une semaine de ciel bouché, la nuit dernière fut favorable, quoique froide (je terminerai la soirée avec un petit -2.6°C).

Je ne compte pas utiliser ce matériel pour de la photo de ciel profond vraiment travaillée. D’autres le font, et mieux que moi. Je pense surtout photographier la Lune et le Soleil avec (à la condition d’avoir un filtre Astrosolar). Et faire du champs profond mais en large plan, avec la monture uniquement, sans le tube optique.

Du coup, j’ai testé 10s de pose à 3200 iso sur M42 hier soir. Retravaillée dans Darktable. Le résultat est assez convenable. J’essaierai de faire un peu mieux à l’avenir 🙂

Et ci-dessous, une vue du ciel hivernal, pose de 14 minutes à 400 iso. Le tout sur l’EQ5, avec le 10-20 monté sur le 70D.

Je pense que ça promet de belles nuits tout ceci ! N’est-ce pas ?

Meilleurs Vœux 2019

1 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 5 (1 votes, average: 5,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.

2018 s’en va, 2019 est là.

Je vais -brièvement- tirer le bilan de cette année passée, sur db-prods.

Point statistiques tout d’abord. Le blog a connu pour cette année 2018 pratiquement 20 000 visites, ce qui est presque le double de l’année précédente. Une remontée qui s’explique par une augmentation de mes productions d’imagerie spatiale, avec la nouveauté surprenante que furent les images pseudo-RVB de Vénus par AKATSUKI. C’est bien simple : l’article Un nouveau regard sur Vénus avec AKATSUKI  collecte environ 4000 visites à lui seul, suivi de l’article Nouvelles images de Vénus par AKATSUKI collectant environ 1900 visites.

L’imagerie spatiale reste l’épine dorsale de ce blog, et c’est merveilleux. Mais mes articles météo de chasse à l’orage ne parviennent pas à une bonne visibilité, alors que ceux-ci sont les plus fournis et me demandent une énergie assez considérable. Je constate que les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter sont désormais largement devant tout autre sortes de plateformes de contenus, et que pour les blogs d’une façon générale, c’est un peu difficile de se re-faire une place. Je le constate : tout passe par Facebook, les gens ne prennent plus trop la peine de cliquer sur les liens, ni de lire les textes.

Cette année 2018 aura vu la célébration des 10 ans de mon blog, avec, pour l’occasion, un changement assez radical d’interface, avec notamment des bannières en plein écran. Côté Marsrovers Images, le site fonctionne parfaitement, la bascule en PHP a été très bénéfique pour notamment ajouter le contenu relatif à la mission InSight.

Quelles sont mes intentions pour 2019 ? Toujours proposer de l’imagerie spatiale, mais aussi des compte-rendus de chasse à l’orage détaillés. J’essaierai de revenir sur ma Terre aux Anneaux, si j’en ai l’énergie (il y a TANT a dire !). Et je profite de l’occasion pour vous annoncer qu’une nouvelle forme d’article devrait voir le jour : des analyses et des critiques de films et séries de SF, sous l’angle astronautique et astronomique. Je pense notamment à Battlestar Galactica mais aussi The Expanse.

Que cette année 2019 vous apporte de bonnes choses.

Meilleurs vœux,

Damia Bouic

db-prods fête ses 10 ans !

1 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 51 vote, average: 5,00 out of 5 (1 votes, average: 5,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.

En mots

En 2008 j’ouvrais chez OVH mon domaine db-prods.net avec l’objectif de mettre en place un blog pouvant me permettre d’exposer mes productions, qu’elles soient infographiques, vidéo voire même sonores. «db-prods», pour «DB», mes initiales. Qui n’ont pas bougé malgré le changement de mon prénom.

Ce blog a été ouvert tout d’abord pour exposer un travail plastique consistant à effectuer, à pieds, un périple reliant Marseille à Bergerac. Entre parcours physique au sein du territoire et connexions aux réseaux numériques (GPS, Internet) ce travail devait me permettre d’interroger la marche à l’heure du numérique, de plus en plus présent.

Au fil des mois, ce blog a totalement changé de direction, j’ai décidé que Marseille-Bergerac ferait l’objet d’une page à part entière, tandis qu’ici j’y exposerai mes photos astronomiques, paysagères, météorologiques, avec des explications, sans parler de mes productions martiennes et saturniennes, via la sonde Phœnix et Cassini.

Au cours du temps, ce blog s’est étoffé, il a subi plusieurs modifications structurelles et formelles, au gré des mes expérimentations avec le PHP, le CSS et le HTML. Il va sans dire que le système d’exploitation Mac OS X a été une grande source d’inspiration pour moi pour crée mon premier thème, fortement modifié à partir d’une version de base.

En images

Petit historique de versions. Ici, l’aspect de mon blog de 2008 à 2011. J’ai gardé pas mal de temps cette interface, la faisait changer au gré des saisons, c’était très amusant à faire 🙂

Puis en 2011 je change radicalement d’interface avec la volonté de donner un aspect « journal papier » à ce blog. Profitant de l’occasion pour avoir des bannières plus larges, et par conséquent, plus détaillées.

En 2014, je choisis de m’adapter à la nouvelle tendance en webdesign qui est la recherche d’un design « plat », adaptatif (pour une lecture optimale sur smartphone) et une typographie toute en finesse.

Jusqu’à aujourd’hui, où je propose la nouvelle interface de blog, qui renoue avec les couleurs sombres, spatiales des premières années. Je conserve le même jeu de polices (Raleway et Poiret One), et fais le pari d’une bannière plein cadre, visible uniquement sur la page d’accueil toutefois. Celle-ci saura se montrer plus discrète lors de la consultation d’un article en particulier, d’une page ou des archives mensuelles.

En chiffres

Le blog de db-prods, c’est, depuis 2008 :

  • 300 200 vues ;
  • 700 commentaires ;
  • 595 articles publiés
  • 5633 images

Pour finir

Même si depuis 3 ans ce blog affiche une baisse de régime, je continuerai à l’alimenter. Et j’en suis fière au final de ce support web. Alors que tout les contenus sont de plus en plus concentrés sur Facebook, Twitter ou Youtube, je persiste et signe pour la publications de contenus sur cette plateforme, où je peux gérer mes productions comme bon me semble, où j’ai une liberté totale. C’est pour cette raison que jamais db-prods n’aura une page dédiée sur Facebook. Je suis certes sur Twitter, mais mon outil principal restera db-prods et ses deux sites associés : le blog Chez Damia Bouic et Marsrovers Images.

En vous remerciant, que vous soyez nouvel-le arrivant-e ou habitué-e¹ 🙂

Damia Bouic


¹ Sur le sujet de l’écriture dite inclusive (ou dégenrée) je l’utilise ici depuis quelques années et je continuerai à l’utiliser. La langue française étant une langue vivante, elle doit s’adapter aux usages, et non l’inverse. A bon-nne entendeur-se 😉

Meilleurs Vœux 2018

0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 (0 votes, average: 0,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.

Comme à chaque 1er Janvier sur ce blog depuis quasiment sa création, l’heure est venue de vous souhaiter une très belle année 2018 !

Que dire de l’année passée ? Bien, 2017 ne fut pas une année des meilleures j’ai envie de dire. Beaucoup de passages à vide, de remises en questions. Vous l’avez constaté, mais depuis deux ans maintenant, l’activité de ce blog est nettement moins élevée qu’avant. Je fais moins de reportages, et ne publie presque plus qu’uniquement du contenu d’origine extraterrestre. Martien on va dire. Et cela n’est pas nécessairement une mauvaise chose. Je m’assurerai toujours de délivrer ici des productions de qualité, des productions exclusives.
Alors oui, au mois de Mars 2017, j’ai laissé tomber mes productions martiennes. La raison ? Elle est toute simple : je me sens dépassée par les « nouveaux » producteurs d’images. Ils font de l’excellent travail, mais je ne peux décemment pas me placer en « concurrence » avec ces gens qui possèdent des ordinateurs bien plus puissants que le mien et de meilleures compétences en logiciels.
Toutefois, je me suis remise au travail, et j’ai décidé de ne pas me laisser influencer par tout ceci, et me dire que -à quoi bon ?- cela fait 13 ans désormais que je suis dans le secteur, que j’aime faire ce que je fais. Et si je dois mettre plus de temps à sortir une belle image, tant pis ! J’ai conscience de mes capacités en ce domaine.

Mais il n’y a pas que Mars. Sur Terre, à Bergerac, cette année fut une excellente année à orages. J’ai pu exploiter le plein potentiel de mon récent appareil photo numérique, et j’ai produit des images comme je n’en avais jamais vraiment produites en fait. Et cela, j’en suis vraiment contente, même si je dois avouer que ma soif d’orages n’a pas vraiment pu être étanchée.

Jetons un œil du côté statistiques.

Cette année le blog n’enregistre que 11230 visites. Et c’est peu. Vraiment peu. La plus mauvaise année jamais faite. Jusqu’à l’année 2014, j’étais habituée à ce que chaque année il y ait un peu plus de visites. Et cela fait un choc.
Le top 3 des articles les plus visités cette année sont :
1 • Coucher de Soleil … sur Mars
2 • Explorons le tunnel du Rove
3 • Tutoriel : Hugin – Ou l’ultra grand angle gratuitement

J’espère pouvoir redresser un peu la barre et être un peu plus présente sur ce blog cette année.

De ma part, meilleurs vœux 2018 !

Nouvelle Année 2017

0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 (0 votes, average: 0,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.

Je vous adresse mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2017. En faisant le vœu que celle-ci soit meilleure que la précédente…

Un constat un peu amer pour cette année passée. Sur plusieurs niveaux. Je ne ferais pas de points statistiques, mais une chose ressort : jamais ce blog n’aura connu aussi peu de visites. Plusieurs raisons, mais une est évidente : le peu de contenu proposé ici. J’ai connu de nombreux passages à vide, des remises en questions, des pertes de confiance, des moments où je voulais tout arrêter, car, notamment en matière d’imagerie martienne, de nouveaux arrivants font un travail excellent, plus efficacement, plus rapidement. Cela fut très dur pour moi, à tel point que j’ai failli cesser mon travail. Je vous en parle car de même qu’il faut parler des bons moments, il faut aussi évoquer les moments moins bons. Et 2016 en fut ponctué de nombreux.

Je met en 2017 une nouvelle confiance, j’ai repris en main mon travail d’imagerie, je ne compte pas le lâcher de si tôt. Et peu importe si des gens qui sont équipés en meilleur matériel, avec de meilleures compétences logicielles, font mieux que moi, je persisterai à produire des cartes postales martiennes. Qu’on se le dise !

Bonne année tout le monde, le meilleur pour vous tous-t-es.