Flickr, ancien prénom et autres

Depuis mon article de vœux 2016, j’ai pas écrit grand chose. J’ai même rien publié du tout.

Donc non, mon blog n’est pas mort. Ni à l’abandon. C’est juste que bon, la saison hivernale en Dordogne c’est assez ennuyeux. Y a bien eu quelques orages début Janvier (assez étonnant pour un mois de Janvier d’ailleurs), et un temps limite tempétueux. Le fleuve Dordogne était à un moment le centre de mon attention, car celle-ci, par deux, s’est bien gonflée,  pour atteindre des niveaux assez impressionnants. Avant de passer aux quelques photos, deux annonces, faites chacune avec un visuel.


 

Flickr_wordmark

Je suis donc chez Flickr, et j’y dépose régulièrement des photos. Je commence à en avoir un certaine quantité, et ça me pousse à mettre le lien vers ma galerie depuis mon blog. Je continuerai les articles photos ici, mais Flickr sera désormais l’endroit où on retrouvera le plus de mes photos dites « ponctuelles ».

C’est donc ici : https://www.flickr.com/photos/66754587@N06/


 

NeMoreDeadnam

Mais qu’est-ce qu’elle peut nous vouloir avec son visuel bof et son prénom ?

La question est recevable. Seulement, en arrière-plan, j’ai effectué un travail qui fut plutôt monumental : effacer mon ancien prénom de mon blog. En effet, jusqu’à encore avant-hier, mon ancien prénom demeurait dans un quantité invraisemblable de signatures de photos, recouvrant toute l’année 2011 et une partie de l’année 2012. Le logiciel que j’ai utilisé on en parlera après, car il va nécessiter un paragraphe à lui seul. Mais j’a pu, enfin, modifier TOUTES mes photos et changer le prénom pour l’actuel, tout en conservant le style des signatures utilisées à l’époque. J’ai également travaillé à évacuer mon ancien prénom de tout un tas de productions spéciales (mosaïques MODIS, cartes postales de Mars, etc.). Enfin, j’ai relu l’intégralité de mes articles, pour corriger le genre auquel je m’adressais. De nombreux commentaires furent également modifiés pour remplacer mon ancien prénom par l’actuel. Donc je suis enfin chez moi, chez Damia Bouic 🙂

Le visuel ci-dessus contient toutes les polices d’écritures employées dans mes signatures, et sur mon blog. La Lucida Grande (années 2008 à 2011), la Trajan Pro (D), la Copperplate (a), la Play (m -utilisée pour mes images de Mars), la Rosarivo (i, et les années 2012, 2013 et 2014), et la Raleway Ultra-Thin (a et 2015, 2016, actuellement utilisée).


 

Darktable
Darktable, un soft qui vous veut du bien

Je dois vous faire un paragraphe un peu spécial pour un logiciel que j’ai testé, et vite adopté. Il s’agit de l’extraordinaire -et trop peu connu- Darktable. J’étais quelque peu réticente à l’idée de m’en servir car je n’ai pas trouve l’interface très intuitive, et je l’ai trouvé assez déroutante par rapport à mes habitudes sous Gimp. Alors qu’on soit clair-e-s : ce logiciel est avant tout un logiciel orienté traitement de photographie. Ce n’est pas un logiciel d’édition graphique. Pour ça vous avez Gimp, ou encore Inkscape. Non, la puissance de Darktable réside dans sa quantité considérable de modules d’éditions de l’image, de filtres et d’actions sur bon nombre de paramètres. Ce logiciel est non-destructif car toutes les modifications peuvent être annulées d’une simple désactivation du module. Il peut travailler en 8 bits, mais également en 16 bits (et même en 32 bits si je dis pas de bêtises), et il dévoile tout son potentiel avec des images RAW.
Chose très importante aussi, ce logiciel repose sur un logique de modules, qu’on peut sauvegarder en tant que réglages, et qu’on peut retrouver plus tard. On peut les dupliquer. Les empiler. Les appliquer avec des modes de fusion. Bref on peut en faire à peu près tout ce qu’on veut, c’est sans limite.
Il y a aussi la possibilité de travailler par lots, et ça c’est aussi très important, notamment quand on a une quantité importante de clichés, auxquels on veut appliquer toute une suite de réglages comme par exemple la saturation des couleurs, la balance des blancs, la netteté, le réglage des tons clairs/tons sombres… ou bien appliquer un filigrane aux images. Ce qui fut LA solution qui fut salvatrice pour moi, afin d’éditer massivement les images passées de mon blog et enfin changer les signatures !

Bref, Darktable est logiciel vraiment bien, et qu’on trouve ici : http://www.darktable.org

Il est libre, open-source et multiplateforme (sauf la version compilée pour windows qu’on doit compiler soi-même). Si Gimp est l’équivalent libre de Photoshop, Darktable est assurément l’équivalent libre de LightRoom !


 

Pour finir, quelques images de cet hiver. Parce que bon, Bergerac c’est peut-être pas Byzance mais c’est sympa quand même !

Bergerac c’est avant tout, et surtout, la Dordogne. Omni-présente. Et ses berges offrent des endroits accueillants.

CrepusculeDordogne

IMG_2240

IMG_3599_02

Cet hiver on aura quelques trucs. Comme de la neige par exemple, avec une Dordogne fumante.

IMG_3009

De l’orage donc, je disais. Avec ici un bel arcus. Au tout début du mois de Janvier, ouaip !

IMG_3483_02

De jolis crépuscules. Bon, ce n’est que le 3ème que je partage dans cet article hein ^^

IMG_2869

Une ambiance, dans le brouillard, près de la Dordogne. Tout près.

70D_Bergerac_151115

En centre-ville également, avec les grandes guirlandes lumineuses qui dégringolent de Notre-Dame :

IMG_3076_web

Et enfin, les variations du niveau du fleuve Dordogne qui m’ont amenée à faire un certain nombre de clichés.

IMG_3429_01
Une averse vient de se dissiper, les nuages se déchiquettent.
IMG_3434_01
Les Quais Salvette, indicateur très précieux pour suivre au centimètre près les évolutions de la Dordogne. Regardez bien le panneau « Embarcadère Gabares »
IMG_3512_01
Ici, le terrain de camping de la Madeleine, totalement recouvert. Zone régulièrement inondée, comme peuvent en témoigner les prises électriques surélevées.
IMG_3655_02
La Dordogne a son plus haut niveau en Février, avec une côte à 3,80 ! Le panneau « Embarcadère » est inondé jusqu’au cou !
IMG_3687-IMG_3688_03
Bergerac éclairée par le Soleil de fin de journée. En premier plan, la Dordogne, en colère, qui charrie des débris récoltés sur les berges, en amont.

 

Voilà pour cet article, un peu long je vous l’accorde, mais au final, j’avais quand même des choses à dire et à montrer !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.