Catégories
Météo Montagne Paysage

Le Gapençais, le Champsaur, le Devoluy

 

Vendredi 27 et Samedi 28 Avril

Donc j’arrive Vendredi en soirée. Je passerai la nuit chez un ami à Saint-Léger les Mélèzes, dans le Champsaur. Et le lendemain, nous redescendons sur Gap. Visite de la ville, des différents lieux importants à connaître, lèche-vitrine sur les agences immobilières pour voir les annonces, et un petit repas pris en terrasse. Vraiment, je me plairait déjà dans cette ville, d’échelle bien plus humaine, dont le centre-ville est propre et chaleureux.

L’après-midi, direction Charance, et son domaine, avec vue sur la ville.

Remarquez la teinte assez étrange du ciel. Pas vraiment bleu, pas vraiment gris non plus. Ciel poussiéreux, car un flux de Sud a entraîné un flot de particules venues du Sahara.

Nous nous rendons par la suite tout à fait de l’autre côté, sur un genre de plateau assez vallonné. pas très loin du Puy Maurel. Très belle vue sur la Montagne de Charance (à gauche) le Vieux Chaillol au centre, le Champsaur (derrière le Col de Manse), et la Grande Autane.

Nouvelle traversée de Gap, et direction le Champsaur. Petite pause chez l’ami histoire de boire un café sur le balcon de son appart, et direction le Col du Noyer. C’est la fin de l’après-midi, et les couleurs deviennent vraiment intéressantes. De l’autre côté de ce col, nous arrivons dans le Devoluy. Paysages vraiment différents de la précédente vallée. Moins boisés, plus ras. Un régal pour les yeux.

De nouveau, vous noterez la teinte jaune-grise du ciel.

A gauche, le Bec de l’Aigle. A droite, la Montagne de Faraut.

Vues sur le Devoluy, avec à droite le plateau du Pic de Bure, encore bien couvert de neige.

Nous revenons sur nos pas pour aller randonner un peu en direction du Col de Saume, à 1704 mètres d’altitude.

La vue qui s’offre à nous est assez saisissante. Celle-ci montre le coeur du Champsaur. Au milieu, trône le Petit Chaillol, qui culmine à 2777 mètres. A sa gauche débute la vallée du Valgaudemar. Au fond, la barre du Massif des Ecrins. Sur la vue de droite, jeu d’ombre sur le fond de la vallée. Nous revoyons la Grande Autane. ainsi que les contreforts du Grand Chaillol, à gauche.

Dimanche 29 Avril

Repas du midi pris sur le balcon de nouveau, avec cette vue toujours surprenante sur le Champsaur. Puis je dois faire mes quelques bagages et nous partons pour Gap, afin par la suite de marcher un peu côté ouest de la ville. Nous nous rendons sur la Petite Céüse, en passant via Pelleautier, pour arriver aux Guérins.

Une chute d’eau qui tombe directement de la Céüse, la grande. Cette chute d’eau sera l’objet de manipulations variées au gré du vent qui soufflait parfois fort. Par moment celle-ci sera même totalement stoppée dans son élan et remontera par dessus la falaise.

Panorama au détour du chemin.La vue plonge sur le Gapençais, mais bien plus loin également. L’on peut voir entre autre le Serre-Ponçon, l’Ubaye, la vallée de la Blanche, et j’en passe.

Après avoir passé la forêt de pins, nous débouchons sur la zone dégarnie de la Petite Céüse. Peu d’arbres, une herbe rase, et des rochers qui sont plantés par-ci par-là. Cela ressemble au Rohan (si jamais vous ne connaissez pas, ce n’est pas grave, il n’est jamais trop tard pour regarder le Seigneur des Anneaux).

Nouveau panoramique, en direction du Sud et de l’Ouest cette fois-ci. Il montre des sommets moins élevés, avec tout d’abord à gauche le Val de la Durance, la Montagne de Lure, le Buëch.

Vue plus rapprochée sur le Val de Durance. Et vue vraiment rapprochée à droite, qui montre dans la trouée la petite ville de Sisteron. Plus loin, c’est la Provence, avec les silhouettes du Plateau de Valensole, du Luberon, et… la Montagne de la Sainte-Victoire ! Nous avons ici plus de 150 kilomètres de vision. Cela veut dire que -en principe- la Petite Céüse est visible depuis la Sainte-Victoire.

La ville de Gap paraît bien insignifiante par rapport au massif des Ecrins.

Pour terminer, un gros panoramique, tout en longueur, sur les Alpes du Sud, dans leur intégralité. Il y a trop de choses visibles ici pour vous en faire la liste. Je compte prendre le temps de vous faire une nomenclature bien comme il faut, avec les principaux sommets, leurs altitude, et les différentes vallées et communes.

2 réponses sur « Le Gapençais, le Champsaur, le Devoluy »

peut être faudra t-il monter au vieux chaillol(3163m) pour espérer voir le Canigou au crépuscule comme on peut le faire depuis les sommets de provence,du vieux
chaillol ça n’est pas sûr que ce soit possible car il y a des sommets qui pourraient gêner la vue ,mais je sais que de certains des sommets des écrins on peut voir le
canigou,c’est un beau lien entre la région de Marseille et le gapençais

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.