Ingenuity & Perseverance

0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 (0 votes, average: 0,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.

C’est le tout premier autoportrait du rover Perseverance effectué avec son instrument WATSON (similaire au MaHLI de Curiosity). Mais celui-ci est spécial : on y voit un nouvel objet, un petit hélicoptère, plus un drone, posé sur Mars. C’est Perseverance qui l’a déposé. A l’instar de Sojourner déployé par Mars Pathfinder pour valider la technologie rover, ce petit jouet nommé Ingenuity sert à valider la technologie vol sur Mars. D’ici une semaine, nous devrions connaître quelques éléments de réponse. Cette mosaïque a été acquise au Sol 47 de la mission (7 Avril 2021), et montre également la tête des caméra qui ne nous fait pas face mais comme étant en train d’observer Ingenuity.

This is the very first self-portrait of Perseverance rover, taken with its instrument WATSON (similar to MahLI onboard Curiosity). But this one is special : we can see a new object, a little helicopter, more like a drone, standing on Mars. It was deposed by Perseverance. Like Sojourner deployed by Mars Pathfinder to validate the rover technology, this little toy nammed Ingenuity is used to validate fly technology on Mars. Starting a week from now, we would have some clue of its whereabouts. This mosaic was taken on Sol 47 of the mission (7th April, 2021), and is also showing the cameras head not facing us, but is like observing Ingenuity.

Square picture, with the first third occupied by the sky. The two other third are consisting of the whole rover body, with its head looking at a little drone, on the surface of Mars. This surface is smooth, with some rocks here and there. Horizon is sharp, with flat hills. Tracks of the rover are visible on the ground, behind the vehicle.

 

Curiosity at Mount Mercou

0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 (0 votes, average: 0,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.

Voici la carte postale définitive de ce site (enfin, la mienne) montrant Curiosity au site Mont Mercou. Panorama MaHLI effectué au Sol 3070 (26 Mars 2021).

Here’s the definitive version of this site (at least, mine) showing Curiosity at Mount Mercou. MaHLI panorama taken on Sol 3070 (26th March, 2021).

6.9 Mo – 6334 x 6334 px

Clouds over Mount Mercou – Sol 3063

0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 (0 votes, average: 0,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.

Ou en french, «Nuages au dessus du Mont Mercou».

De magnifiques images ont été prises au Sol 3063 (19 Mars 2021), en soirée sur Mars au cratère Gale par le rover Curiosity. Plusieurs mosaïques ont été acquises ce soir là, avec une qualité suffisante pour en faire des cartes postales.

Donc voici trois cartes postales martiennes d’un crépuscule nuageux. Avec une découverte : la première image montrant la Ceinture de Vénus, sur Mars !

Beautiful picture were taken on Sol 3063 (19th. April 2021), during the evening at Gale Crater by Curiosity rover. Mosaics were taken, with sufficient quality to make Postcards.

So, here’s 3 martian postcards, with a cloudy twilight. With a discovery of my own : the first picture showing Venus Belt, on Mars.

Première séquence, montrant l’Ouest et la bordure de cratère Gale. Des nuages fibreux sont visibles.
First sequence. Westward the crater rim. Fibrous clouds are visible.
Deuxième séquence. Au dessus du Mont Sharp. Deux choses : on y distingue le satellite Phobos, à gauche à quelques pixels du flanc de la montagne. Et quelque chose que j’ai pris au départ pour un défaut de colorimétrie : la « ceinture de Vénus », sur Mars. Cette région dans le ciel qui apparaît après le coucher du Soleil, plus sombre et à l’opposé, qui forme comme une bande sombre sur l’horizon. La voici sur Mars !
Second sequence. Over Mount Sharp. Two things : we can see Phobos, on the left, a few pixels away from the horizon. And something I first suspected to be color artifacts, but actually is a picture showing what we call Venus Belt. This darkening of the sky, opposite to the sunset (or sunrise) corresponding to the shadow of the Earth projected into our atmosphere. Here we see it, on Mars, for the first time !
Pour terminer, la troisième séquence montrant le Mont Mercou sous ce ciel de cirrus du soir spectaculaire.
To finish, Mount Mercou is shown in the third sequence, with a spectacular cirrus display in the twilight sky.

Le Mont Mercou mais sur Mars

0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 (0 votes, average: 0,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.

Curiosity est actuellement en train de rendre visite à un gros escarpement rocheux, qui a été nommé (de façon officieuse) le Mont Mercou, en référence à la colline qui trône dans le département du Lot (en France donc), après que le rover aie traversé plusieurs lieux dont les éléments portent des noms de localité périgourdine (Monbazillac, Siorac-en-Périgord, Daglan, etc.).

Petite carte postale Navcam du Sol 3052 de ce site plutôt spectaculaire.

Curiosity is visiting a massive outcrop unofficially named Mount Mercou, in reference to a hill located in France, in the department of Lot, after the rover travelled places holding names from Périgord (like Monbazilla, Siorac-en-Périgord, Daglan, etc.).

A little Navcam postcard from Sol 3052 of this quite spectacular place.

Une colonne rocheuse plus large que haute, sur un sol penché, exposant de multiples strates géologiques

Lien vers le panorama 360° du même Sol

In other words

0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 (0 votes, average: 0,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.

English version after

Donc, le 18 Février dernier, se posait Perseverance. 9 ans plus tôt, en Août 2012, se posait Curiosity. Qu’est-il advenu de moi depuis ce temps ? Je ne parle pas de ma personne, de mon intimité, je parle de mon travail, de sa reconnaissance. Et de constater que contrairement au rover Curiosity, je n’ai pas vraiment évolué par rapport à mon site d’atterrissage, en 2005, quand Marsrovers Images a commencé.

Je vais donc utiliser comme marqueur, comme révélateur, le réseau social Twitter. J’ai joint ce réseau en Avril 2010, avec l’intention de communiquer sur mon travail, sur les images que je compose avec les données des Mars Exploration Rover. Un outil de communication, supplémentaire au blog. Démarrage du compte un peu confidentiel, mais une évolution plutôt constante. Je vais prendre comme outil de mesure le nombre de gens qui m’y suivent (followers). En 2013, mon prénom change et c’est l’occasion de sortir du placard. Je plafonnais à environ 200 followers. Le « 1K » followers je ne le franchirais que quelque part au début de 2018. Et le « 2K », en 2020.

Maintenant, prenons le compte d’un collègue, qui possède la même démarche que moi, produit à peu près les mêmes choses. Arrivé en 2011 sur Twitter. Actuellement possède 4400 followers.
Un autre, arrivé en 2016. Un an après son arrivée, il possède déjà 2K followers. Actuellement, il est à 23 K.

Je pourrais aussi prendre en exemples les partages, la visibilité numérique, et d’autres indicateurs.

Où est-ce que je veux en venir ? Simple : que ce que je vis c’est le sort réservé à bon nombre de femmes. Une reconnaissance moindre de leur travail par rapport à celui de leurs collègues masculins. Et ceci, je ne le sors pas de mon imagination, je ne l’invente pas. Je vous recommande chaudement la lecture de cet article (en anglais) :

https://www.insidehighered.com/news/2019/10/15/women-have-about-half-followers-men-twitter-and-otherwise-diminished-influence

Cette étude a conclu, globalement, que les femmes sur Twitter comptaient moins de suivis, de partages et de favoris que leurs équivalents masculins. Cette étude d’abord concernait uniquement les femmes travaillant dans le domaine médical académique, mais il se trouve que tous un tas d’autres champs sont touchés. Aussi, il ne me paraît pas invraisemblable que cela puisse aussi toucher le milieu, très restreint, de l’imagerie spatiale « amateur ».

Retour sur ma propre expérience.

Cela fait donc depuis 2005 que je fais ce travail, de longue haleine, sur les images envoyées par des rovers, mais aussi des atterrisseurs et des satellites. Je suis exigeante dans ce travail, je ne publie que ce que j’estime être digne d’être montré. Ce travail est compliqué car, même si l’infographisme est une chose que je sais faire, quand cela implique des images brutes, du traitement en masse (ex : mettre en couleurs des images à matrice de Bayer), je me confronte au problème de devoir écrire des scripts, alors que je suis mauvaise en mathématiques, en code. Je dois aussi faire des concessions par rapport à mon matériel, qui est daté (l’ordinateur que j’utilise date de 2014). Cela rends les choses difficiles quand il s’agit de montrer de grosses productions tels que d’immenses panoramiques couleurs avec ciel de synthèse. Mais j’y parviens. Je fais les choses.
Depuis 2005 donc, ce sont des centaines d’images produites. Un travail considérable. Et le bilan est amer quand je constate que la reconnaissance en retour est faible. Je ne suis pas celle qu’on invite à des conférences sur Mars ou bien Vénus. Je ne suis pas celle non plus à qui on va rendre suite quand, une fois, on lui donne à voir de près le laboratoire français qui travaille en collaboration avec le JPL. Je ne suis pas celle à qui l’on va proposer des solutions pour transformer ce travail en salaire.
Amer est le constat quand, 16 après, j’ai toujours la sensation d’être une débutante, pas vraiment intégrée au sein de cette petite famille qu’est le monde du traitement d’images spatiales.

Oui, cela me met un sérieux coup au moral et à ma motivation pour continuer quand je vois que le travail de mes confrères est plus partagé que le mien alors que j’y met beaucoup de moi-même, et que j’ai un gros niveau d’exigence, et que je sais que mes productions sont meilleures, même si j’ai encore un gros syndrome de l’imposteur (impostrice ?).

Si je me restreint à la France, mon travail n’aura pas vraiment intéressé. Je n’aurais eu qu’une seule interview, et elle date de 2009. Depuis, rien. Le seul évènement public auquel on m’a invitée, c’était à un livestream sur la chaîne d’un planétarium il y a moins d’un mois. Le seul.

Rendez vous compte que j’ai du masquer sur Twitter le seul collègue masculin français qui fait le même travail que moi, parce que j’ai fini par me rendre compte que cela m’empêchait de faire mon propre travail, que cela avait fini par avoir un impact sur ma santé mentale, au point même que j’ai du faire une pause de plus d’un an. Ce même collègue que j’ai aidé à multiples reprises pour qu’il puisse avancer dans ses débuts. Où est passé tout ceci ? Je l’ignore.

En conclusion, depuis des années j’assiste impuissante à tout ça, en silence. Cela ne pouvait plus durer, et en ce jour du 8 Mars, Journée Internationale pour les Droits des Femmes, il fallait que j’extériorise tout ça.

Merci de m’avoir lue.

Damia.

[English version]

So, this last 18th of February landed Perseverance on Mars. 9 years ago, in August 2012, landed Curiosity. What happened to me since then ? I don’t speak about my self, my intimacy, but about my work, about its recognition. And to make the observation that, contrary to Curiosity rover, I didn’t evolved so much regarding my own « landing site », in 2005, when Marsrovers Images began.

I will use as a marker, as an indicative, the social network Twitter. I joined this network in April 2010, with the intent of communicate about my work, the images I make with Mars Exploration Rovers datas. A supplementary communication to my blog. Starting confidentially, but a pretty constant evolution. I will use as scale the number of followers I get. In 2013, my name changed, and I came out of the closet. I was about at 200 followers? The « 1K » followers was in 2018. And the « 2K » in 2020.

Now, lets take the account of a male colleague, which is doing the same thing as me. Came in 2011 on Twitter. He’s having now 4400 followers.
One other, came in 2016. One year after, 2K followers. Now, 23K.

I could also take in examples sharings, visibility and other thing.

Where do that taking us ? Simple : what I’m living is what’s happening to a good number of women. Fewer recognition of their work in regard of their male coworkers. And this, I don’t invent it. I strongly recommand this reading :

https://www.insidehighered.com/news/2019/10/15/women-have-about-half-followers-men-twitter-and-otherwise-diminished-influence

This study concluded that, globally, women on Twitter get less followers, share and likes that their male equivalent. This study was first about women in medical acedemics, but it is found that other fields are concerned. So, it appears that the very closed field of « amateur » space imagery is having this same phenomenon.

Back on my own experience.

It’s been since 2005 I’ve been doing this work, on pictures sent by rovers, but also landers and orbiters. I’m pretty exigent about my work, I only published what I deemed to be published. This is a hard work, because if graphic design is my thing, something I know how to do, when it comes to raw images, mass processing (ex : put in color a batch of bayer pictures), I confront myself in the problem of writing scripts, while I’m not very good with numbers, with coding. I also have to make concessions because of my hardware (the computer I use date from 2014). This gets things complicated when I have to show big color panoramics with a reconstructed sky. But I get there. I do the things.
So, since 2005, it’s hundreds of pictures. A massive work. And the results are bitter when I see that recognition is low. I am not one of these to get invited to events on Mars or Venus. I am not one of these who get follow-up after getting invited in the only place in France which is working with the JPL. I am not one of these we talk about solutions to transform this work into salary.
Bitter is the observation when, 16 years later, I still have this feeling to be a beginner, not really integrated in this little family that is the world of space imagery processing.

Yes, it is affecting my morale and my motivation to continue when I see that my male coworkers job is more shared than mine, while I put so much in this, with a high level of quality, and I know my productions are very good, even if I still have a big impostor syndrome.

If I closed to France, my work didn’t interest that much. I had only one interview, and it’s dating 2009. Since, nothing. The only public event I even made was a livestream by a planetarium, one month ago. The only one.

I even had to mute on Twitter the only person in France doing the same thing as me, because I came to the conclusion that it was affecting my work, it had a impact on my mental health, to the point I had to make a one year break. This same colleague which I helped multiple time to understand how to begin. Where is all of this ? I don’t know.

In conclusion, since many years I witness, powerless, all of this, silently. This couldn’t go further, and in this 8 March, the International Day for Women’s Rights, I had to get all of it out of the box.

Thanks for reading me.

Damia.

Bergemars

0 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 50 votes, average: 0,00 out of 5 (0 votes, average: 0,00 out of 5)
You need to be a registered member to rate this.

Allez quoi ! Marrant ce jeu de mots, non ?

Non parce qu’il faut que j’esspik quand même. C’était il y a dix jours, et en ouvrant les volets, je m’interroge sur la balance des blancs fournies par mes yeux. En effet, en regardant le ciel, qui était couvert, j’ai comme l’impression que c’est comme légèrement jaune-vert.
Après ma petite ronde matinale, je prépare mon petit déjeuner, et à la vue des Photolive d’Infoclimat ce jour là, je comprends vite la situation, qui est très simple : un puissant flux de Sud apporte dans son sillage de grosses quantités de sables du Sahara. Suivez le lien : certaines photos sont spectaculaires !

Je prends d’abord une photo depuis l’intérieur. On voit assez bien cette teinte ocre.

Vue resserrée au travers d'une fenêtre, montrant quelques maisons pavillonnaires, un arbre décharné et un ciel ocre

Je finis mon café, et je sors, pour immortaliser cette ambiance qui ne va sans doute pas durer. Donc, balade le long de la Dordogne.

Piste cyclable longeant la Dordogne, bordée d'arbres sans feuilles, et de quelques arbres morts envahis par le lierre, dans une ambiance ocre
Notez ici les couleurs qui ne sont pas homogènes dans le ciel
Vue sur le Sud, en plan large, avec la Dordogne et la vue sur la rive opposée, sous un ciel nuageux sombre et ocre
Vue centrée sur Bergerac, au loin, sur la Dordogne, toujours sous ce ciel jaune
Zoom vers la ville
Zoom dans le prolongement du chemin de bitume défoncé, bordé de lampadaires qui ne sont pas tous droits, et un cloture en bois récemment installée. De l'autre côté, d'autres arbres sans feuilles
Ambiance vraiment particulière le long de la promenade

Continuer la lecture de « Bergemars »